Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Simulation digitale : l'Inria vous donne une main à six doigts en réalité virtuelle

Vidéo Se transporter dans un environnement virtuel est une chose, mais peut-on vraiment s'y croire même lorsque le corps de notre avatar ne correspond pas au nôtre ? Des chercheurs de l'Inria ont fait le test en donnant un sixième doigt à un groupe de cobayes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Simulation digitale : l'Inria vous donne une main à six doigts en réalité virtuelle
Simulation digitale : l'Inria vous donne une main à six doigts en réalité virtuelle © J.C. Moschetti / INRIA

L'une des grandes forces de la réalité virtuelle est l'immersion qu'elle procure, le sentiment de présence dans le monde virtuel qu'elle confère à l'utilisateur. Mais jusqu'où va cette altération de la perception ? On sait par exemple faire marcher un utilisateur en rond tout en lui faisant croire qu'il avance tout droit dans un long corridor, grâce à des méthodes subtiles de changement de perspective. Jeudi 12 mai, l'Inria a présenté les résultats de ses recherches portant sur l'illusion de changements structurels sur le corps même de l'utilisateur.

 

 

L'expérience a consisté à créer une main virtuelle fidèle en tout point à celle des testeurs, à l'exception qu'elle dispose d'un sixième doigt. Les chercheurs ont utilisé pour ce faire un kit de développement Oculus Rift DK2, un capteur Magic Leap et un logiciel créé spécialement pour l'occasion. Ils ont ensuite fait faire des exercices aux cobayes en les divisant en deux groupes. La simulation était faite en sorte que le premier groupe s'approprie cette main par une représentation du doigt fictif bougeant naturellement avec les autres en temps réel et par un retour tactile à l'aide d'un pinceau (touchant en réalité l'annulaire). Les membres du second groupe voyait le faux doigt rester immobile lorsqu'ils bougeaient la main et n'a pas eu de stimulation tactile.

 

 

Le test final consistait à demander aux participants de faire bouger ce sixième doigt et d'observer leur réaction. Résultat, 96% des membres du groupe 1 ont bougé un de leurs vrais doigts, contre seulement 31% des membres du second groupe. Les chercheurs concluent que l'appropriation d'un membre virtuel se fait beaucoup plus facilement que l'on pourrait s'y attendre. Lorsque les participants le perdent, ils se prennent même parfois à ressentir un sentiment de manque. L'Inria pense que ces travaux pourront contribuer à améliorer la représentation et l'appropriation d'avatars aux caractéristiques morphologiques très différentes de celles de l’utilisateur, pour des cas d'usages allant du divertissement à la formation ou l'entraînement sportif.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media