Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Singapour, le terrain de jeu idéal pour les véhicules autonomes ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Avec sa législation favorable et son soutien financier, Singapour attire de nombreux acteurs cherchant à développer un véhicule autonome. En raison de sa pénurie de main-d'oeuvre, le développement de cette technologie est surtout une question de survie, explique Karine Gresset-Cognon, conseillère export au bureau Business France de Singapour.

Singapour, le terrain de jeu idéal pour les véhicules autonomes ?
Preuve que la législation est favorable aux véhicules autonomes à Singapour, nuTonomy y teste des robots-taxis depuis août 2016. © Nutonomy

Singapour ambitionne d'être la première ville intelligente au monde. Au-delà de l'attractivité, c'est aussi une question de survie pour cette cité-Etat et ses plus de 5 millions d'habitants recensés en 2016 par la Banque mondiale. "Singapour traverse un gros problème de pénurie de main-d'œuvre car le taux de natalité est très bas et la politique du gouvernement est restrictive quant aux délivrances de visas ou de carte de nationalité", explique jeudi 22 mars 2018 Karine Gresset-Cognon, conseillère export au bureau Business France de Singapour, à l'occasion des Premières rencontres internationales automobiles.

 

Il est de plus en plus compliqué de trouver des conducteurs pour les transports en commun et la voiture individuelle coûte très cher à Singapour. "Le véhicule autonome est donc une question de survie pour la cité-Etat afin que les Singapouriens puissent continuer à utiliser les transports communs", déclare-t-elle.

 

Une législation favorable

Le véhicule autonome étant envisagé comme un réel maillon du transport public, Singapour finance largement la recherche qui se structure à travers des partenariats publics-privés et le développement de démonstrateurs. "Rien ne peut se faire sans l'Etat, il y a très peu d'initiative 100% privée", affirme Karine Gresset-Cognon. Et ce qui est intéressant, c'est que la ville-Etat s'appuie énormément sur les compétences des start-up et des sociétés étrangères qui "sont les bienvenues et sont mêmes recherchées", ajoute encore la conseillère Business France.

 

Singapour a aussi rapidement fait évoluer sa législation afin de permettre à des sociétés de tester leur technologie dans ses rues. C'est pourquoi dès août 2016 la start-up nuTonomy a fait circuler ses véhicules autonomes dans certains quartiers de la ville, grillant ainsi la politesse à Uber et d'autres acteurs du secteur, en faisant rouler son robot-taxi sur route ouverte, en conditions réelles. La start-up rachetée par Delphi, a passé un partenariat avec PSA permettant au Français de tester des Peugeot 3008 autonomes sur route ouverte depuis février 2018. Au fait de cette législation favorable, le constructeur français a d'ailleurscréé une antenne "innovation" à Singapour dès 2016.

 

La concurrence est rude

Si ces tests de robots-taxis sont l'une des quatre priorités fixées par le gouvernement, la cité-Etat souhaite aussi "développer le transport public avec des navettes et des bus autonomes", affirme Karine Gresset-Cognon. A ce titre, des start-ups françaises comme EasyMile et Navya peuvent tirer leur épingle du jeu grâce à leurs navettes autonomes. Mais, du fait de ces conditions favorables aux expérimentations, "la concurrence est énorme à Singapour", ajoute Karine Gresset-Cognon. Volvo Bus a récemment signé un contrat avec la ville pour y mettre en circulation deux bus électriques et autonomes début 2019.

 

Les deux autres axes de développement sont la logistique et la collecte des déchets. Si dans le premier cas, Singapour a déjà conclu plusieurs partenariats avec des acteurs comme Toyota ou Scania, précise Karine Gresset-Cognon, dans le second cas la cité-Etat est en recherche d'acteurs souhaitant tester un système autonome de collecte des déchets.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale