Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Singapour va couper ses services publics d'Internet par mesure de sécurité

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vu ailleurs Les cyberattaques connaissent une recrudescence sans précédent, et pas seulement contre les entreprises ou les particuliers. Face au défi de la protection des données, Singapour a pris une décision extrême : couper tous ses systèmes informatiques d'Internet, quitte à remettre en cause son statut de "smart nation". Seul problème, cette solution ne la protège pas contre le plus grand facteur de risque : l'humain.

Singapour va couper ses services publics d'Internet par mesure de sécurité
Singapour va couper ses services publics d'Internet par mesure de sécurité © brongaeh - Flickr - C.C.

Les fuites de données confidentielles sont légions, comme en atteste l'actualité chaque semaine. Pour s'en prémunir au niveau étatique, Singapour cherche à implémenter un système qui couperait l'accès de tous ses systèmes informatiques, y compris ceux des services publics, à Internet. Une décision drastique, qui tranche brutalement avec l'image de "smart nation" que cultive Singapour depuis des années et qui soulève les critiques.

 

Une mesure controversée en réponse à un risque bien réel

D'après Reuters, plusieurs experts en sécurité mettent en avant le faible impact réel qu'aurait cette mesure en matière de sécurité, tandis qu'elle nuirait à la productivité des employés concernés et les éloigneraient des citoyens qu'ils doivent servir. D'autres experts y sont plus favorables, considérant que la situation actuelle nécessite une réponse forte. Et cela vaut en particulier pour les pays d'Asie du Sud-Est, dont l'entreprise FireEye estime qu'ils ont 80% plus de chance d'être touchés par des attaques informatiques avancées que le reste du monde... La faute aux tensions géopolitiques de la région, notamment concernant les territoires disputés par la Chine. La logique n'est donc pas tant de bloquer l'accès aux fonctionnaires, que de protéger leurs ordinateurs d'attaques externes.

 

Réduire la surface d'attaque

A en croire le gouvernement, le dispositif – dont la mise en place est prévue pour mai 2017 – n'a pas été motivé par une attaque en particulier, mais par la réalisation que le risque est réel et que les quantités de données à protéger sont trop importantes pour qu'elles soient autant exposées. Couper les systèmes qui les hébergent d'Internet équivaut donc à réduire la surface d'attaque, afin de mieux maîtriser les risques. Une approche déjà pratiquée par certaines grandes entreprises.

 

Délicate séparation des réseaux

Il s'agit donc en fait d'étendre le nombre de systèmes jugés "sensibles", donc un certain nombre est déjà déconnecté d'Internet. Malgré cela, les fonctionnaires continueront d'avoir accès à Internet, mais sur des appareils séparés. Le tout sera donc pour le gouvernement singapourien de s'assurer que ses équipes respectent bien la séparation des réseaux, et ne branchent pas la machine publique sur le réseau privé ou vice versa. Car il ne suffira en théorie que d'un seul faux pas pour réduire tous ces efforts à néant.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale