Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Six studios de création AR/VR français se regroupent sous l'enseigne French Immersive Studios

Albyon, BackLight, Emissive, Innerspace, Novelab et Small font cause commune pour renforcer l'attractivité des talents français à l'international. Désireux de s'imposer dans un milieu de la création immersive en plein développement, ils se sont regroupés au sein de French Immersive Studios afin de proposer un guichet unique aux potentiels producteurs internationaux. Avec comme atout l'alléchant Crédit d’impôt international.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Six studios de création AR/VR français se regroupent sous l'enseigne French Immersive Studios
Six studios de création AR/VR français se regroupent sous l'enseigne French Immersive Studios © French Immersive Studios

Six studios français spécialisés dans les contenus immersifs se sont regroupés sous une même enseigne – French Immersive Studios – pour se donner de la visibilité à l'international. Il s'agit de BackLight, Emissive, Innerspace, Novelab, Small et Albyon, soit parmi les meilleurs créateurs AR/VR en France.

BackLight s'est notamment illustré par Eclipse, Toyland ou Icecube Protocol ; Emissive par En tête-à-tête avec La Joconde, ScanPyramids VR ou The Enemy ; Innerspace par A Fisherman's Tale, La malédiction du Corsaire et les deux expériences Firebird ; Small a réalisé les courts métrages 7 Lives et Ayahuasca de Jan Kounen ; Novelab a contribué aux expériences Spheres et Notes on Blindness.

Le Crédit d’impôt international, un avantage majeur à produire en France
La qualité des productions françaises n'étant plus à prouver, il restait la question de l'attractivité, et c'est là que French Immersive Studios rentre en jeu. Principal atout mis en avant : le Crédit d’impôt international, qui permet à des productions dont le budget dépasse les 250 000 euros d'obtenir jusqu'à 30% de crédit d'impôt (à condition que le dossier soit accepté). Un taux qui monte à 40% pour les productions dépassant les deux millions d'euros.

Plutôt que de faire bande à part, voire de se tirer dans les pattes, ces studios aux expertises diverses (création 3D temps réel, capture volumétrique d’objets, motion et facial capture...) ont donc décidé de joindre leurs efforts pour proposer une vitrine unique aux producteurs potentiels et simplifier ce faisant les démarches administratives. Les discussions ont commencé en début d'année et les choses ont lentement pris forme, jusqu'à l'annonce très discrète du lancement au mois de novembre.

Pourquoi ce focus sur l'international ? Car c'est souvent là que se trouvent les budgets, et en particulier aux Etats-Unis. Par souci de simplicité, ces donneurs d'ordre vont plus facilement se tourner vers des studios américains s'ils le peuvent, et il était donc essentiel de renforcer l'attractivité de l'Hexagone. L'objectif étant d'aider cette jeune industrie française prometteuse à croître avec le marché plutôt que de la laisser se faire distancer par des studios étrangers ayant un accès plus aisés aux gros contrats.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media