Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Six vendeurs tiers d’Amazon devant la justice américaine pour corruption

Vu ailleurs Une juridiction de Washington a inculpé six vendeurs tiers d’Amazon qui auraient versé des pots-de-vin pour être favorisés sur la plateforme e-commerce, au détriment de leurs concurrents. Les faits auraient commencé en 2017.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Six vendeurs tiers d’Amazon devant la justice américaine pour corruption
Six vendeurs tiers d’Amazon devant la justice américaine pour corruption © UD

Les vendeurs tiers, force et faiblesse des marketplace ? Certains d’entre eux sont à nouveau au cœur d’une polémique aux Etats-Unis. Et les faits sont suffisamment graves pour être étudiés par un grand jury de l’Etat de Washington.

Selon The Verge, six personnes, dont deux anciens employés d’Amazon, ont été inculpées pour avoir versé 100 000 dollars en échange d’un traitement de faveur. Autrement dit, ils auraient versé des pots-de-vin à une dizaine d’employés d’Amazon et sous-traitants afin de voir leurs produits mieux mis en valeur sur la plateforme d'e-commerce. Ils sont accusés de corruption, d'accès à des ordinateurs protégés sans autorisation et de fraude en ligne, d'après les révélations du site spécialisé, publiées le 19 septembre.

Les produits des concurrents discrédités
Cette somme leur aurait permis d’obtenir des "avantages exclusifs", comme la possibilité d’annuler des suspensions de compte, prononcées pour la vente de produits jugés dangereux ou des échanges inappropriés avec les clients. La manipulation, qui aurait commencé en 2017, ne s’arrête pas là : ces vendeurs ont cherché à discréditer les produits concurrents en leur attribuant des pluies d’avis négatifs, et certaines données confidentielles, comme les revenus générés, le noms des clients et les campagnes publicitaires, ont été communiquées aux vendeurs incriminés. Par ailleurs, ces six vendeurs auraient eu accès à des informations relatives au moteur de recherche d’Amazon et à son fonctionnement.

Amazon, cité par le média américain, explique avoir mis en place des systèmes pour détecter les comportements suspects des vendeurs ou des employés, et se félicite de l’efficacité des forces de l’ordre. Mais cette affaire survient alors que l’e-marchand est au cœur d’une polémique pour une vaste affaire de faux avis positifs. Là encore, des vendeurs peu scrupuleux, pour la plupart localisés en Chine, auraient selon le Financial Times, élaboré un dispositif massif de faux pour booster leurs produits sur Amazon.

500 MILLIONS DE DOLLARS CONTRE LES COMPORTEMENTS FRAUDULEUX
Il est reproché au géant de l’e-commerce de ne pas agir suffisamment pour lutter contre les comportements frauduleux, même si Amazon a investi 500 millions de dollars pour lutter contre les faux avis. Par ailleurs, 8 000 personnes, appuyées par des technologies d’intelligence artificielle, sont mobilisées pour identifier ces comportements.

D’autres accusations, cette fois plus directes, mettent en cause la société de Seattle pour avoir copié les produits de certains vendeurs pour proposer des références similaires à moindre coût. Jeff Bezos, dirigeant d’Amazon, a été auditionné à ce sujet, ces pratiques de contrefaçon relevant des comportements anticoncurrentiels. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.