Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Immobilier] Skyline AI, l’intelligence artificielle pour l’amour du risque

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dans l'immobilier, les risques font partie de l’équation. Ce sont dans ces inconnues que se nichent les plus-values pharaoniques... ou les crash. Lancée avec 3 millions$ en 2017, Skyline AI a levé 18 millions de dollars le 30 juillet 2018 pour perfectionner son intelligence artificielle. L’objectif est double : augmenter les capacités d’analyse des acteurs traditionnels du secteur et débusquer les potentiels immobiliers inexploités.

[Immobilier] Skyline AI, l’intelligence artificielle pour l’amour du risque
Les quatres co-fondateurs de Skyline AI près de leurs bureaux du boulevard Rothschild à Tel Aviv.
De gauche à droite : Or Hiltch/Directeur technique, Iri Amirav/Responsable du risque (CRO), Amir Leitersdorf/Président exécutif et Guy Zipori/PDG. © Skyline AI

Ces quatre garçons dans le vent n’en sont pas à leur coup d'essai. Or Hiltch, Iri Amirav, Amir Leitersdorf et Guy Zipori ont déjà fondé et vendu deux start-ups basées sur l’Intelligence artificielle (AVG Technologies achetée par Avast en 2014 et StreamRail acquise par Ironsource en 2016, NDLR). C’est un fait établi, l'intelligence artificielle "disrupte", c’est-à-dire change la donne dans de nombreux secteurs. Dans l'immobilier américain, c’est par Skyline AI que la tempête arrive.

 

D'une décision sur feuille de calcul Excel à l'IA

"Aucun être humain ne peut traiter un spectre de données aussi large qu’une intelligence artificielle, affirme Guy Zipori, PDG et co-fondateur de Skyline AI. L'IA augmente la précision et les résultats globaux lors d’un processus d’identification d’opportunités, de performances d’investissement ou encore de gestion d’actifs." Selon le jeune PDG, l’intelligence artificielle brasse les data sans préjugé et est ainsi capable de détecter des "anomalies de marché". Comprendre : des potentiels passés sous le radar des analystes en chair et en os.


"Quand nous avons commencé à faire des recherches sur l'immobilier avec mes partenaires, nous avons été stupéfaits de constater que des transactions de plusieurs centaines de millions de dollars se décidaient sur la base d’une feuille de calcul Excel", poursuit Guy Zipori. Il était clair que "de l’argent restait sur la table", selon le jeune PDG qui passe désormais beaucoup de temps dans les bureaux new-yorkais de la start-up israélienne, centrée sur le marché américain. Pour l’heure, l’entreprise est en effet centrée sur le marché américain et compte 30 salariés répartis entre New York et Tel Aviv.

 

Plus de 10 000 attributs sur chaque actif passés au crible
 

 


L'algorithme de Skyline AI analyse plus de 10 000 attributs sur chaque actif, recoupe des données obtenues auprès de 130 sources sur les 50 dernières années et compile les résultats en temps réel dans un datalake afin d’évaluer les opportunités. © Skyline AI

 

Il estime que les investisseurs ont besoin d’un outil permettant de valider ou de rejeter un business plan en "déterminant la valeur de n’importe quel bien en temps réel, afin de prendre des décisions rapides et sûres. L’intelligence artificielle fait gagner du temps. Et dans l'immobilier, le temps c’est de l’argent", poursuit Guy Zipori. L'algorithme de Skyline AI analyse ainsi plus de 10 000 attributs sur chaque actif, recoupe des données obtenues auprès de 130 sources sur les 50 dernières années et compile les résultats en temps réel dans un datalake afin d’évaluer les opportunités.

 

Les quatre jeunes co-fondateurs prônent l’amour du risque (maîtrisé) et savent mettre la main à la poche. En juillet 2018, ils ont ainsi acquis à Philadelphie deux complexes résidentiels jugés "inexploités" par leur algorithme pour 26 millions de dollars, affirmant qu’il s’agissait du premier deal de l’histoire basé sur des données fournies par une Intelligence Artificielle.
 

Une levée de fonds de 18 millions de dollars

 

"L'immobilier représente des centaines de milliards de dollars. C’est une industrie qui est à l’aube de grands chamboulements", Guy Zipori, PDG et co-fondateur de Skyline AI. © Skyline AI
 

Coup de poker réussi : la start-up a levé 18 millions de dollars quelques jours plus tard, grâce à un tour de table orchestré par le géant du capital-risque Sequioa Capital, mais aussi d'investisseurs comme TLV Partners et JLL Spark Global Venture Found. Selon Haim Sadger, associé de la branche Israël de Sequoia Capital, ce recours au machine learning va "débloquer des milliards de dollars de valeurs mobilières inexploitées".
 

Skyline AI n’a pas pour objectif de louer ni de breveter les résultats générés par leur intelligence artificielle. Leur business model est basé sur des partenariats, par exemple avec la compagnie américaine d’investissement et de conseil immobilier Greystone Labs qui propose d’évaluer gratuitement la rentabilité d’un bien en quelques clics. Pour cela, il faut fournir des informations concernant la localisation du bien, son financement ou encore son taux d’occupation… autant de précieuses données qui permettront à Skyline AI d’entraîner leur Intelligence Artificielle.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale