Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Smart city : Terradona accélère le déploiement de ses conteneurs connectés d'incitation au tri

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Terranova vient de lever 1,15 million d’euros pour industrialiser sa technologie à grande échelle. Elle est à l’origine de « Cliiink », une solution qui récompense le tri de déchets grâce à un dispositif intelligent intégré au point de collecte. Après une expérimentation sur Aix-Marseille-Provence, elle investit de nouveaux territoires.

Smart city : Terradona accélère le déploiement de ses conteneurs connectés d'incitation au tri
Smart city : Terradona accélère le déploiement de ses conteneurs connectés d'incitation au tri © Terradona

Les Français trient moins que leurs voisins nord-européens ? Terradona a imaginé une solution pour les encourager à rattraper leur retard. Implantée à Rousset (Bouches-du-Rhône), la société a créé « Cliiink » pour valoriser le geste de tri en le récompensant. La technologie combine, d’une part, un dispositif connecté, intégrable sur n’importe quel point d’apport volontaire, qui caractérise le type de déchet déposé, le comptabilise et évalue le taux de remplissage du conteneur, d’autre part, une application gratuite sur smartphone (ou une carte sans contact) pour détecter le déposant et lui créditer, à titre de récompense, un compte de points convertibles en réductions et bons d’achats dans des commerces, en places de cinéma ou en dons pour des associations caritatives.

 

Un démonstrateur concluant sur 70 points de collecte

L’expérimentation menée entre 2016 et 2017 avec un démonstrateur sur 70 points de quatre communes de la métropole Aix-Marseille-Provence a démontré l’impact positif de sa box. "Sur un total de 40 000 habitants, un quart ont adhéré au programme et la collecte de verre a progressé de 20% sur les points-test, soit 3 à 5 fois plus que l’incitation au tri avec des outils classiques", explique Mathieu Oliveri, cofondateur de l’entreprise en 2013 avec Jean-Marc Toubiana et rejoint en 2015 par Bertrand Rouzaud. "Avec Cliiink, une collectivité peut économiser jusqu’à 150 euros par tonne en accroissant les volumes de déchets triés. Les commerçants ont, quant à eux, enregistré une augmentation de leur chiffre d’affaires de 5 à 10%, mais beaucoup d’usagers ont choisi aussi de faire don de leurs points pour des actions caritatives. Notre dispositif est ainsi vecteur de cohésion sociale !", se félicite-t-il. 

 

Terradona passe maintenant à l’accélération de son déploiement. Après celle de 600 000 euros en 2016 avec la Caisse des Dépôts, l’entreprise vient de réussir une nouvelle levée de fonds de 1,15 million d’euros auprès de la Caisse des Dépôts, d’EDF Une Rivière Un Territoire, du fonds PACA Emergence et de Total Développement Régional. "Nous rentrons dans la phase d’industrialisation en grande série du produit avec nos partenaires français car nous voulons que Cliiink reste une solution « Made in France », poursuit le directeur général. Nous avons déjà signé pour l’installer à Monaco, sur le pays de Grasse, à Cannes-Mandelieu, à Lens-Liévin, à Cabourg et nous sommes sur le point de conclure avec deux métropoles françaises. Parallèlement, nous poursuivons la R&D afin d’adapter la technologie à la caractérisation d’autres déchets recyclables comme les canettes ou les plastiques". Employant 12 personnes, Terradona en a recruté quatre depuis le début de l’année et prévoit six autres embauches d’ici à fin 2018.

 

Une solution clé en main 

La société propose une prestation « clés en main » aux collectivités, depuis l’installation du dispositif jusqu’à sa maintenance en passant par l’ingénierie marketing, selon qu’elles souhaitent dynamiser le commerce de centre-ville ou favoriser des actions sociales. Le prix de l’intervention varie en fonction des services apportés. "Nous estimons le retour sur investissement entre 2 et 5 ans", précise le dirigeant qui affirme pouvoir également adapter le système aux déchèteries, par exemple, pour améliorer l’apport d’encombrants et lutter contre les décharges sauvages.

 

Les données récupérées lors du dépôt restent anonymes. "Elles aident la collectivité à mieux gérer son parc, à optimiser le positionnement des points d’apport volontaire, à redynamiser sa communication sur le tri si elle ne le juge pas à la hauteur de ses attentes… Demain, les algorithmes permettront même de faire du prédictif, dans la perspective, par exemple, de mieux absorber les pics de saisonnalité dans les zones très touristiques. Cliiink est un outil de la smart city. Les seules données personnalisées sont celles qui servent à créditer les points pour que l’utilisateur profite de ses avantages".

 

Heineken, premier client industriel

Terradona ne vise cependant pas que le secteur public. Elle vient de nouer un accord avec Heineken France, premier brasseur et distributeur français. Ce partenariat va porter sur le pays de Grasse avec l’enseigne Casino. En cinq ans, l’industriel espère ainsi collecter près de 5 000 tonnes de verres supplémentaires.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale