Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

SMIC prévoit une nouvelle fonderie à Shanghai pour 8,87 milliards de dollars

Le principal fondeur de puces chinois, Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC), a annoncé son intention de construire une nouvelle usine à Shanghai. L'investissement nécessaire est évalué à 8,87 milliards de dollars. Objectif : augmenter ses capacités de production en pleine pénurie et permettre à la Chine de renforcer son indépendance dans secteur.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

SMIC prévoit une nouvelle fonderie à Shanghai pour 8,87 milliards de dollars
SMIC prévoit une nouvelle fonderie à Shanghai pour 8,87 milliards de dollars © SMIC

La société chinoise Semiconductor Manufacturing International Corporation (SMIC) a annoncé vendredi 3 septembre un investissement de 8,87 milliards de dollars pour la construction d'une usine de puces à Shanghai. L'entreprise, soutenue par le gouvernement chinois qui cherche à renforcer l'indépendance du secteur, prévoit ainsi d'augmenter ses capacités de production dans un contexte de pénurie mondiale.

Jusqu'à 100 000 wafers par mois
Cet investissement représente une expansion majeure de ses capacités à un moment où la Chine tente de se doter d'une industrie de fabrication de puces de classe mondiale. Ce nouveau projet d'usine s'ajoute à celui d'une fonderie de 2,35 milliards de dollars que SMIC prévoit de construire à Shenzhen, dans le sud de la Chine, et qui pourra produire jusqu'à 40 000 galettes (wafers) de silicium d'environ 30 centimètres par mois.

A Shanghai, SMIC a signé un accord pour produire 100 000 galettes par mois. L'usine se concentrera sur les technologies "matures" de 28 nanomètres ou plus, a déclaré la société dans un communiqué. Celles-ci pourraient être destinées à l'industrie automobile, qui est fortement touchée par la pénurie mondiale de semi-conducteurs, dont elle a besoin pour alimenter, entre autres, les véhicules électriques et les systèmes embarqués.

SMIC prévoit de créer une coentreprise avec le gouvernement pour superviser le projet. Celle-ci sera majoritairement détenue par SMIC en partenariat avec Lingang FTZ. La société a déclaré qu'elle chercherait d'autres investisseurs pour cette nouvelle entité dont le capital social est de 5,5 milliards de dollars.

Faire face aux sanctions américaines
SMIC représente désormais le meilleur espoir de la Chine de s'imposer dans le domaine des puces. En augmentant ses capacités de production, la société pourrait aider Pékin à faire face aux sanctions et efforts déployés par les États-Unis pour freiner ses ambitions technologiques. Son expertise technologique actuelle ne lui permet cependant pas de rivaliser avec les leaders du marché, qu'il s'agisse de TSMC, Samsung ou Intel. Ils se concentrent en effet sur des procédés de fabrication beaucoup plus avancés et destinés aux smartphones ou aux ordinateurs.

Les États-Unis avaient placé SMIC sous sanctions l'année dernière pour des raisons de sécurité. L'entreprise pourrait de nouveau se voir interdite d'équipements nécessaires à la production à l'avenir, notamment des machines de lithographie à ultraviolets extrêmes (EUV) standard dans l'industrie, fabriquées par la société néerlandaise ASML.

Mais elle ne semble s'en inquiéter pour autant. La société a déclaré que cette nouvelle usine l'aidera à "répondre aux besoins croissants du marché et des clients et à promouvoir le développement commercial", rapporte le South China Morning Post. La toute nouvelle usine de SMIC sera construite dans une zone de libre-échange dans la banlieue sud-est de Shanghai faisant partie des zones exemptes de droits de douane approuvées par le président chinois Xi Jinping pour attirer les investissements étrangers et le commerce.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.