Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Snap confirme l’acquisition de la start-up ukrainienne AI Factory

Discrètement acquise par Snap, qui a confirmé l’opération début janvier, la start-up AI Factory est notamment derrière la fonctionnalité Cameos, lancée en décembre dernier en avant-première en France.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Snap confirme l’acquisition de la start-up ukrainienne AI Factory
Snap confirme l’acquisition de la start-up ukrainienne AI Factory © Snap

166 millions de dollars, soit un peu plus de 148 millions d’euros. Ce serait la somme déboursée par Snap pour la start-up ukrainienne AI Factory, spécialiste de la vision par ordinateur. Des sources proches de la société mère de la plate-forme Snapchat ont confirmé début janvier auprès de Techcrunch l’information révélée par le media ukrainien AIN le 26 décembre 2019.

 

AI Factory édite plusieurs solutions d’intelligence artificielle pour la reconnaissance, l'analyse et le traitement d'images et de vidéos. Elle fournit notamment à Snapchat un outil baptisé Caméos, lancé en décembre dernier, et qui permet à son utilisateur d’insérer un selfie dans une courte vidéo humoristique, à la manière d’un GIF animé, puis de partager le contenu. Après un lancement en France en avant-première, 150 Caméos sont désormais disponibles.

 

Des liens avec Snap depuis 2015 et le rachat de Looksery

La jeune pousse spécialiste des deepfakes a été fondée par Greg Tkachenko, Alexander Mashrabov et Victor Shaburov, à qui l’on doit déjà la pépite Looksery, rachetée par le réseau social en 2015. Victor Shaburov a ensuite pris la tête de la division Ingénierie au sein de Snapchat avant de quitter la société et de fonder sa nouvelle start-up. Il a refusé de commenter l’opération. AI Factory dispose de bureaux en Ukraine mais aussi à San Francisco en Californie. Une partie des équipes ukrainiennes, qui comptent 70 personnes, devrait intégrer le bureau américain.

 

Snapchat développe par ailleurs d’autres fonctionnalités ludiques pour conquérir les jeunes utilisateurs, comme la capture 3D sur la dernière version des lunettes connectées Spectacles, et plus généralement des contenus axés sur la réalité augmentée. L’entreprise, qui doit publier ses résultats en février, semble de nouveau rencontrer le succès, après les polémiques liées notamment à son introduction en bourse, en 2017.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media