Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Snap rachète la start-up française NextMind pour ses futures lunettes de réalité augmentée

NextMind, pépite française des neurotechnologies, va intégrer l'entreprise américaine Snap. Cette dernière est surtout connue pour son application Snapchat, mais affiche depuis des années une ambition sérieuse de créer des lunettes de réalité augmentée. C'est dans cette optique qu'elle acquiert NextMind, afin de développer une interface utilisateur qui fonctionne sans les mains.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Snap rachète la start-up française NextMind pour ses futures lunettes de réalité augmentée
Snap rachète la start-up française NextMind pour ses futures lunettes de réalité augmentée © NextMind

La start-up française NextMind, qui développe une technologie d'interface neuronale relativement légère et miniaturisée, a été rachetée par Snap. L'entreprise américaine a fait l'annonce de cette acquisition le 23 mars, mais sans en détailler l'aspect financier. NextMind avait levé un peu plus de 4 millions de dollars depuis sa création en 2018 et sa valorisation était restée relativement basse. Snap entend intégrer cette technologie dans de futures lunettes de réalité augmentée.

NextMind avait présentée son système fin 2019 lors de l'évènement Slush en Finlande, puis au CES en janvier 2020. L'Usine Digitale avait pu en faire l'essai et nous en avions eu une impression plutôt favorable, même si la technologie était encore clairement à l'état de prototype. Son principe est simple : un électroencéphalographe placé à l'arrière du crâne mesure l'activité électrique du cerveau et est capable de détecter, après avoir été calibré, lorsqu'un utilisateur "clique" sur quelque chose (en concentrant son attention sur un élément visuel prédéterminé).

Contrôler une interface sans les mains
Dans une situation normale, cela n'a guère d'intérêt pour quelqu'un capable d'utiliser ses mains ou même sa voix pour contrôler un appareil. Nous étions d'ailleurs plus que dubitatifs sur l'ambition évoquée à l'époque par Sid Kouider, fondateur de l'entreprise, de s'en servir pour le jeu vidéo grand public, même en complément des méthodes de contrôle traditionnelles.

En revanche, cette technologie est potentiellement très intéressante pour accompagner des lunettes connectées ultra légères à porter toute la journée. Ces dernières ne pourront pas être dotées de contrôleurs comme les casques de réalité virtuelle, et la commande vocale a ses limites en fonction des contextes et environnements dans lesquels se trouve l'utilisateur. Combinée à un système de suivi du regard, la faculté de sélectionner ou valider une option sans les mains en se concentrant sur un élément visuel spécifique (réussir à "cliquer" de manière fiable demande une certaine pratique) serait donc déterminante.

Enchaînements de rachats stratégiques pour la réalité augmentée
Suite au rachat, le kit de développement de NextMind, commercialisé fin 2020, ne sera plus disponible. L'équipe de NextMind, basée à Paris et composée d'une vingtaine de personnes, intégrera la division de Snap qui travaille sur la recherche et développement pour le hardware. Cette acquisition fait suite à celle de Compound Photonics, un fabricant de composants, en janvier, et à celle de WaveOptics en mai 2021. Dans un commentaire donné à The Verge, Snap a indiqué que le rachat de NextMind a été fait dans une optique de recherche à long terme.

Snap n'est pas la seule entreprise à s'intéresser à ce type de technologie. Meta est assez ouvert sur ses recherches en matière de méthodes de contrôle pour la réalité augmentée, mais a fait le choix d'un bracelet détectant l'activité nerveuse au niveau du poignet plutôt que d'un électroencéphalographe, la technologie étant plus avancée. Elle provient de la start-up CTRL-Labs, rachetée en septembre 2019 pour un milliard de dollars. Valve croit aussi beaucoup en ces technologies, mais avec une vision sûrement moins réaliste. L'entreprise contribue notamment au projet OpenBCI.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.