Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Snap s’appuie sur le cloud de Google pour 2 milliards de dollars en 5 ans

La société de messagerie photo et vidéo Snap a choisi de s’appuyer sur le cloud de Google pour l’essentiel de ses besoins de calcul, stockage et bande passante. Le contrat se monte à 2 milliards de dollars sur 5 ans. Mais elle envisage après de construire sa propre infrastructure informatique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Snap s’appuie sur le cloud de Google pour 2 milliards de dollars en 5 ans
Snap s’appuie sur le cloud de Google pour 2 milliards de dollars en 5 ans

Alors qu’elle se prépare à entrer en Bourse, Snap, la société de service de messagerie instantane photo et vidéo SnapChap, a choisi de reposer sur le cloud de Google pour l’essentiel de ses besoins de calcul, stockage et bande passante. Le contrat, conclu le 30 janvier 2017, se monte à 2 milliards de dollars sur 5 ans.

 

Baisse des coûts

"À l'heure actuelle, nous avons un modèle d'affaires léger en investissement, car nous travaillons avec des partenaires d'infrastructure informatique, principalement Google, pour exécuter et mettre à l'échelle nos services plutôt que de construire notre propre infrastructure, lit-on dans le document d’enregistrement auprès de la SEC, l’autorité des marchés financiers aux Etats-Unis, en vue de l’introduction en Bourse de la société. Nous croyons que le travail avec ces partenaires entraînera une baisse des coûts pour nous à court et à long termes. Les fournisseurs d'infrastructure de grande envergure offrent plusieurs avantages, dont l'échelle mondiale pour servir notre audience, la capacité à gérer la demande de pointe de façon plus économique et le pouvoir de se procurer à moindres coûts les matériels directement auprès des fournisseurs d'équipement d'infrastructure."

Google a un grand besoin de ce contrat pour rattraper son retard dans le cloud. Bien qu’il soit pionnier dans le segment du logiciel à la demande (SaaS, pour Software as a service) avec son service de communication et collaboration en ligne "G Suite" (ex- Google Apps for Work), il reste à la traine dans le segment du cloud d’infrastructure (IaaS, pour Infrastructure as a Service) où il n’a commencé à être actif qu’en décembre 2013. Selon nos estimations, il a terminé 2016 avec un chiffre d’affaires dans le cloud d’environ 4 milliards de dollars, loin derrière Amazon Web Services (12,2 milliards de dollars), Microsoft (12,2 milliards de dollars), Salesforce (7,5 milliards de dollars) et IBM (7 milliards de dollars).

 

Peur des perturbations du cloud de Google

Depuis 2014, Snap repose sur le cloud de Google pour une grande partie de ses besoins informatiques. La société a construit ses logiciels et ses services pour continuer à s’appuyer sur l’infrastructure du géant d’Internet. Un choix justifié par le fait que certains des services cloud fournis par Google n'ont pas d'alternatives sur le marché, selon Snap.

Mais la société de messagerie se montre consciente des risques encourus. "Toute perturbation importante ou interférence avec notre utilisation du cloud de Google aurait un impact négatif sur nos activités et notre entreprise serait sérieusement endommagée, lit-on dans le document. Si nos utilisateurs ou partenaires ne parviennent pas à accéder à Snapchat ou rencontrent des difficultés à le faire, nous risquons de perdre des utilisateurs, des partenaires ou des revenus publicitaires. Le niveau de service fourni par Google peut également avoir une incidence sur l'utilisation de Snapchat, ainsi que sur la satisfaction de nos utilisateurs, de nos annonceurs et des partenaires, et pourrait nuire gravement à notre entreprise et à notre réputation. En cas d’interruptions de service répétées ou sur une période prolongée, notre entreprise serait sérieusement lésée."

 

Difficulté de changer de fournisseur cloud

Snap dénonce les conditions abusives imposées par son fournisseur de cloud. "Google dispose d'un large pouvoir discrétionnaire pour modifier et interpréter ses modalités de service et d'autres politiques à notre égard, et ces actions peuvent nous être défavorables. Google peut également modifier la manière dont nous pouvons traiter les données sur sa plate-forme Cloud. S’il fait des changements ou des interprétations qui nous sont défavorables, notre entreprise serait sérieusement endommagée. Google peut prendre des mesures indépendantes de notre volonté qui pourraient sérieusement nuire à nos activités, comme interrompre ou limiter notre accès à sa plate-forme cloud, augmenter les prix, mettre fin ou chercher à mettre complètement fin à notre relation contractuelle, établir des relations plus favorables avec un ou plusieurs de nos concurrents ou modifier ses conditions de service d'une manière qui affecte notre capacité à gérer nos activités."

Le problème, c’est que Snap se sent piégé. "Nos coûts d’utilisation du cloud peuvent augmenter considérablement à l'avenir, car nous payons un coût d'hébergement incrémentiel pour les nouveaux utilisateurs et un engagement accru. Toute transition de nos services vers un autre fournisseur de cloud serait difficile à mettre en œuvre et pourrait entraîner un temps et des dépenses considérables."

 

Pourparlers avec un autre fournisseur pour les fonctions de redondance

C’est pourquoi Snap a conclu un accord avec un autre fournisseur de cloud, Amazon Web Services, pour le soutien d'infrastructure redondante de ses activités commerciales, et envisage à l'avenir d’investir dans la construction de sa propre infrastructure pour mieux servir ses clients.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale