Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

SoftBank arrête la production de son robot Pepper et supprime des effectifs en France

Vu ailleurs SoftBank revoit à la baisse ses ambitions dans la robotique. Le conglomérat japonais a stoppé la production du robot Pepper et prévoit de supprimer 330 emplois, dont la moitié en France. SoftBank semble vouloir concentrer ses investissements sur les technologies de rupture via son Vision Fund.
mis à jour le 01 juillet 2021 à 11H42
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

SoftBank arrête la production de son robot Pepper et supprime des effectifs en France
SoftBank arrête la production de son robot Pepper et supprime des effectifs en France © SoftBank

SoftBank arrête la production de son robot Pepper et revoit à la baisse ses ambitions dans la robotique. Le conglomérat japonais prévoit de réduire ses effectifs en supprimant notamment plus de 100 emplois en France, rapporte Reuters lundi 28 juin 2021, tenu au courant par trois sources et ayant consulté des documents à ce sujet.

L'échec de Pepper, le visage de SoftBank
La production du robot Pepper a été stoppée l'année dernière. Imaginé par la start-up française Aldebaran, qui a été rachetée par SoftBank en 2015 après être entré à son capital en 2012, Pepper avait été commercialisé dès 2014. Le robot humanoïde a notamment été produit en Chine par une coentreprise formée à cette fin entre SoftBank et Foxconn. Le conglomérat japonais avait alors de grandes ambitions et espérait inonder le marché avec ce robot devant permettre de résoudre les pénuries de main-d'œuvre.

Rapidement, Pepper devient le visage de SoftBank, qui soutient ses ventes en le plaçant dans ses magasins de téléphonie mobile. Masayoshi Son, le directeur général de SoftBank, ambitionne de faire de l'entreprise un leader dans l'industrie de la robotique en produisant des robots humanoïdes destinés à servir des clients et garder des enfants. Mais les ventes de Pepper ne sont pas au rendez-vous puisque seulement 27 000 unités auraient été produites, rapporte une source à Reuters.

Ses fonctionnalités limitées (il peut relayer des messages et se déplacer lentement, mais les interactions se font via une simple tablette) et son manque de fiabilité sont mis en cause. Présenté comme un "robot d'accueil", il est en fait facilement remplaçable par une banale borne avec écran tactile.

Des conflits culturels entre la division française et la direction de Tokyo ont probablement nui au développement du robot, rapporte Reuters. La filiale française a été de plus en plus mise à l'écart et SoftBank s'est concentré sur d'autres produits comme le robot de nettoyage Whiz. Allant dans ce sens, SoftBank a récemment annoncé former une coentreprise avec Iris Ohyama afin de développer et commercialiser des robots pour aider les personnes dans leur vie du quotidien.

330 licenciements, dont la moitié en France
SoftBank s'emploie désormais à mettre en place une nouvelle stratégie sous l'impulsion de Masayoshi Son. Stratégie qui s'accompagne de nombreux licenciements, comme l'a rapporté dans un premier temps le Journal du net. Au total, le Japonais prévoit de supprimer 330 emplois dont la moitié en France à partir de septembre. Des discussions seraient déjà en cours et le nombre exact de licenciements n'est pas encore fixé. D'autres emplois ont déjà été supprimés dans les divisions ventes aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Au Japon, des employés de l'activité robotique ont été redéployé dans d'autres divisions.

SoftBank se délaisse plus généralement de ses investissements dans la robotique de service. Le conglomérat, qui a revendu la majorité de ses parts dans Boston Dynamics à Hyundai, veut se concentrer sur les investissements via son Vision Fund. Toutefois, il garde un pied dans la robotique puisqu'il possède l'entreprise SB Logistics et des participations dans Berkshire Gray et AutoStore.

Mise à jour le 1er juin : La filiale française a confirmé qu'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) est actuellement en discussion : "A ce jour, les négociations du PSE en cours portent sur la suppression d'environ 40% des effectifs actuels de SoftBank Robotics Europe, soit 40% des 330 postes à Paris". Les effectifs français sont répartis entre un laboratoire de recherche et une ligne de production de robots.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.