Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Software AG, l'autre champion allemand de la transformation digitale

Le groupe de logiciel allemand Software AG a refondu son offre pour accompagner ses clients dans leur transformation digitale. Présentation de cette société à l'occasion du CeBIT, qui s'est déroulé du 20 au 24 mars 2017 à Hanovre en Allemagne.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Software AG, l'autre champion allemand de la transformation digitale
Le stand de Software AG lors du CeBIT 2017 à Hanovre. © Sylvain Arnulf - L'Usine Digitale

Dans l'ombre de SAP, leader européen et numéro 4 mondial, il existe un autre champion allemand du logiciel : Software AG. Une entreprise créée en 1969 à Darmstadt, dans la région du Rhin, au centre-ouest du pays. Présent dans 70 pays, elle emploie plus de 4 400 employés et a réalisé 871 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016. Des résultats stables par rapport à l'année précédente mais avec des bénéfices en hausse.


Software AG doit sa bonne santé à son virage digital opéré fin 2014 après plusieurs acquisitions-clés. Pas moins d'une dizaine de rachats au total (dans la messagerie en ligne, la gestion de RH, l'analytics…) pour construire une plate-forme dédiée à la transformation digitale, Digital Business Platform. Celle-ci pèse désormais plus de 50% dans ses revenus, loin devant ses activités traditionnelles, la gestion de bases de données et des outils de développement d'application.

 

sortir d'une approche en silos par produit

Cette plate-forme est une sorte de Lego de la transformation digitale dans lesquelles les entreprises peuvent puiser les briques fonctionnelles dont elles ont besoin : bases de données en mémoire, outils d'analyse, d'administration, d'intégration (ERP, CRM…), de gestion d'architecture, de développement d'applications… Un changement radical par rapport à la culture historique de l'entreprise. "Nous avons fait le pari que le futur serait fait de plates-formes transversales et non plus de produits 'monolithiques", explique le Dr Wolfram Jost, CTO de l'entreprise à L'Usine Digitale. "Les produits seuls ne disposent pas de la flexibilité suffisante pour répondre rapidement aux nouveaux défis des entreprises. Une plate-forme permet d'agir avec plus de flexibilité et de vitesse".

 

Software AG accompagne donc un changement des pratiques IT. Mais le changement doit aussi être culturel, estime son CTO qui va entrainer les sociétés dans un "voyage". "On a une méthode qui s'appelle le "Customer journey" ("voyage client") qui recense tous les points de contacts avec les clients et interroge la façon dont ces interactions peuvent être optimisées. De cette réflexion découlent les choix sur les nouveaux business models et l'architecture IT. Tout part du client".


Pour le PDG Karl-Heinz Streibich, la transformation digitale implique de mettre le software au cœur de toutes les entreprises, "car c'est la première source d'innovation". "Il faut oublier la structure classique en silos et penser ouverture, dans une logique data et algorithmes", résume-t-il. "Auparavant, l'IT était un levier pour standardiser, désormais, c'est un outil pour se différencier".

 

Toujours plus d'IA

Software AG continue d'ailleurs à enrichir sa plate-forme, avec de plus en plus de fonctionnalités liées aux objets connectés et au big data. "Nous avons racheté en décembre 2016 l'entreprise américaine Zementis, spécialiste de l'intelligence artificielle, en particulier du machine learning", précise le CTO de la société. "C'est essentiel car pour nous le premier cas d'usage lié aux objets connectés est la maintenance prédictive".

 

L'industrie 4.0 allemande est son terrain de jeu favori, mais Software AG est aussi solidement ancré en France avec des clients de poids comme Engie, Axa, Kiabi, BNP Paribas, EDF et  Air France. Il peut se prévaloir d'un partenariat avec Bosch (plus connu dans nos contrées) sur l'Internet des objets, pour gagner du terrain. Un label "Made in Digital Germany" est désormais mis en avant par les deux marques : il semblerait que, comme dans l'auto, le label "Deutsche Qualitat" fasse vendre dans l'IoT industriel !

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale