Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sonos s’empare de Snips, start-up française spécialiste de la reconnaissance vocale

L’Américain Sonos a annoncé acquérir la start-up française Snips, spécialiste de la reconnaissance vocale, pour près de 38 millions de dollars. Le fabricant d’enceintes veut tirer parti de l'expertise de cette dernière en matière de respect de la vie privée, alors que les consommateurs se montrent de plus en plus méfiants quant à la gestion de leurs données.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sonos s’empare de Snips, start-up française spécialiste de la reconnaissance vocale
Sonos s’empare de Snips, start-up française spécialiste de la reconnaissance vocale © Sonos/DR

Snips passe sous pavillon américain. Le célèbre fabricant d’enceintes Sonos a annoncé mercredi 20 novembre 2019 avoir fait l’acquisition de la start-up française, parmi les pionniers de la reconnaissance vocale, pour 37,5 millions de dollars – soit environ 34 millions d’euros. Une opération stratégique qui doit lui permettre de renforcer son expertise en matière de respect de la vie privée. Ses principaux concurrents sur le marché des enceintes connectées, les GAFAM, sont actuellement sous le feu des critiques quant à leur gestion des données personnelles de leurs utilisateurs. Or la technologie de Snips, embarquée dans les objets, privilégie un stockage local plutôt qu’un recours au cloud.

 

APPLIQUER LE RGPD AU MONDE ENTIER

La jeune pousse française met au point des interfaces vocales pour tous types d’objets connectés. Une alternative qui pourrait donner au fabricant un avantage marketing face à la concurrence, sur un marché porteur de quelque 3 à 5 milliards d’appareils potentiels. "Des millions de gens se sont convertis à l’usage du contrôle vocal. Cette opération nous permettra de créer une expérience immersive et différenciée, à la maison comme en déplacement, grâce au talent de l’équipe de Snips", s’est félicité par voie de communiqué le président-directeur général de Sonos, Patrick Spence. Les 50 ingénieurs qui développent les produits de la start-up sont reconduits dans leurs fonctions.

 

"Je suis fier de l’équipe et du travail que nous avons accomplis depuis cinq ans. La technologie que nous avons développée vient d’être validée par l’un des principaux acteurs de l’électronique grand public. En rejoignant un groupe international, Snips aidera les technologies françaises à percer à l’échelle internationale", a réagi Rand Hindi, président-fondateur, qui annonce par la même occasion quitter la jeune pousse pour se consacrer à sa nouvelle société de cybersécurité Zama.

 

La solution de cette dernière se définit comme conforme au Règlement général sur la protection des données (RGPD). Une caractéristique que Sonos pourra, à l’avenir, brandir comme argument contre les GAFAM pour espérer se tailler la part du lion. Joseph Dureau, jusqu’ici directeur de la technologie, s’est d’ailleurs réjoui qu’une "telle expérience private-by-design touche enfin une audience mondiale".

 

VERS UN CHANGEMENT DE STRATéGIE ?

La stratégie de Sonos, qui occupe une place prépondérante sur le marché des enceintes connectées, est à surveiller. Jusqu'ici, l'entreprise avait intégré les assistants vocaux Amazon Alexa et Google Assistant à ses trois dernières enceintes en date – les modèles One, Beam et Move.

 

Avec cette acquisition, elle deviendra à même d'en intégrer un troisième... "maison", cette fois. Chercherait-elle à ne plus vendre de produits agnostiques ? Cela constituerait, en tout cas, un virage à 180 degrés. Sonos a, jusqu'ici, toujours choisi d'intégrer un maximum de plates-formes, notamment de streaming musical : une centaine de services seraient aujourd'hui compatibles avec son écosystème.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media