Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sony achève son éclatement en filialisant son activité d’imagerie numérique

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Après la télévision, les matériels audio-vidéo ou les semiconducteurs,  Sony détache son activité d’imagerie numérique dans une filiale séparée. Une opération qui achève l’éclatement du groupe japonais d’électronique et de loisirs en une galaxie de sociétés autonomes.

Sony achève son éclatement en filialisant son activité d’imagerie numérique
Sony achève son éclatement en filialisant son activité d’imagerie numérique © Jami3.org - Flickr - c.c.

C’est le dernier acte d’emiettement de Sony. Après la télévision en juillet 2014, les matériels audio et vidéo en octobre 2015 et les semiconducteurs en avril 2016, c’est au tour des produits d’imagerie numérique d’être détachés. A partir du 1er avril 2017, cette activité opèrera en tant que filiale séparée baptisée Sony Imaging Products & Solutions Inc. Une opération qui achève l’éclatement du groupe japonais d’électronique et de loisirs en une galaxie de sociétés autonomes.

 

Fin du rêve d'intégration

Cette opération met définitivement fin au rêve d’intégration de Kazuo Hirai. A son arrivée à la tête du groupe de Tokyo, en avril 2012, le PDG a fait des synergies entre les différentes activités le pivot de sa stratégie de rebond avec pour mot d’ordre "One Sony", un seul et même Sony. Mais devant la persistance des difficultés, il a été contraint en 2014 de faire un virage à 180 degrés en se lançant dans la scission des activités une par une. Avec deux nouvelles priorités : l’agilité et la compétitivité.

L’activité d’imagerie numérique réalise des produits aussi bien grand public, comme les caméscopes ou les appareils photo, que des équipements professionnels, comme des caméras pour l’audiovisuel ou des endoscopes pour le médical. Sur le dernier exercice fiscal clos le 31 mars 2016, elle affiche un chiffre d’affaires de 711,2 milliards de yens (l’équivalent de 6,2 milliards d’euros), en baisse de 1,7%, et un résultat d’exploitation positif de 72,1 milliards de yens (630 millions d’euros). La société Sony Imaging Products & Solutions Inc, qui l’englobe, est responsable devant la holding à la fois de ses moyens et de ses résultats.

 

Un modèle pour d'autres groupes japonais

Désormais, Sony compte autant de sociétés autonomes que d’activités : mobile, télévision, audio-vidéo, imagerie numérique, jeux vidéo, cinéma et musique. Le groupe  s’est séparé de ses PC Vaio (vendus en juillet 2014 au fonds d’investissement Japan Industrial Partners) et va céder ses batteries à son compatriote Murata.

La nouvelle organisation de Sony est regardée avec beaucoup d'intérêt par d’autres groupes japonais d’électronique comme Panasonic qui peine toujours à redresser son activité dans la télévision, déficitaire depuis 7 ans.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale