Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Sony passe au vert mais reste à la peine dans les mobiles

Après deux années consécutives dans le rouge, Sony renoue avec les bénéfices pour son dernier exercice fiscal clos en mars 2016. Mais le groupe japonais d’électronique souffre toujours dans les mobiles, avec une perte certes réduite mais des ventes en forte baisse.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sony passe au vert mais reste à la peine dans les mobiles
PS4, l'une des activités qui portents Sony © Flickr CC - Stiftelsen Elektronikkbransjen

Kazuo Hirai, PDG de Sony, respire enfin. Après deux années consécutives dans le rouge, son groupe passe au vert. Sur l’exercice clos le 31 mars 2016, il affiche un bénéfice net de 147,8 milliards de yens, l’équivalent de 1,4 milliard de dollars, pour un chiffre d’affaires de 8105,7 milliards de yens, en recul de 1,3%. Lors de l’exercice précédent, il déplore une perte nette de 113 milliards de yens.

 

Boom des ventes de la PS4

Toutes les activités affichent des résultats en amélioration, à l’exception des composants électroniques, du cinéma et des services financiers. Les jeux vidéo portent tout particulièrement le groupe avec des ventes en boom de 11,8% à 1552 milliards de yens et un résultat d’exploitation en explosion de près de 100% à 89 milliards de yens. Sony a écoulé 17,7 millions de consoles de jeux PS4, contre 14,8 millions d’unités un an auparavant.

 

Les chiffres clés de Sony sur l’exercice 2015/2016
Chiffre d’affaires : 8105,7 milliards de yens (-1,3%)
Résultat d’exploitation : 294,2 milliards de yens (68,5 milliards de yens en 2014/2015)
Résultat net : +147,8 milliards de yens (-126 milliards de yens en 2014/2015)
Volumes des ventes :
Smartphones : 24,9 millions (39,1 millions en 2014/2015)
Appareils photo : 6,1 millions (8,5 millions en 2014/2015)
Téléviseurs LCD : 12,2 millions (14,6 millions en 2014/2015)
Consoles de jeu PS4 : 17,7 millions (14,8 millions en 2014/2015)

 

La stratégie de Kazuo Hirai commence à porter des fruits. Après avoir tenté de jouer les synergies entre les différentes activités du groupe avec comme slogan One Sony, il a fait en 2014 volte-face en privilégiant désormais l’autonomie. Télévision, matériels audio-vidéo, semiconducteurs… Les activités ont été une par une détachées dans des filiales autonomes mais responsables devant la maison-mère de leurs résultats. La priorité va à la rentabilité et non plus aux ventes en volumes.

 

La télévision en situation bénéficiare

Les bienfaits de cette politique sont particulièrement visibles dans la télévision. Depuis sa séparation en 2014 au sein de la société Sony Visual Products, cette activité est devenue bénéficiaire après onze années consécutives de déficit où le groupe a accumulé une perte de 8,5 milliards de dollars. Elle le reste sur le dernier exercice et ce malgré des ventes en baisse à 12,2 millions de téléviseurs LCD, contre 14,8 millions d’unités un an auparavant.

 

Un point noir demeure : les mobiles. Certes, les pertes ont ici réduites à 61,4 milliards de yens, contre 217,6 milliards de yens au cours de l’exercice précédent. Mais les ventes ont dégringolé à moins de 25 millions de smartphones, contre 49,1 millions un an auparavant. Et selon Neil Mawston, analyste chez Strategy Analytics, elles pourraient tomber à 20 millions cette année. Mais la direction maintient son objectif d’un retour au bénéficie lors de l’exercice qui sera clos le 31 mars 2017.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.