Sony Pictures proteste après la diffusion de documents par Wikileaks

La plate-forme Wikileaks a mis en ligne une base de données contenant plus de 30 000 documents et plus de 170 000 courriels de Sony Pictures Entertainment, filiale du groupe Sony, que des hackers ont obtenus à la fin 2014 lors d'une cyberattaque de grande envergure. Le gouvernement américain avait alors accusé la Corée du Nord d'avoir mené cette attaque en représailles à la diffusion d'un film produit par Sony Pictures, "The Interview", parodiant le dictateur Kim Jong-un.

Partager
Sony Pictures proteste après la diffusion de documents par Wikileaks
Sony Pictures Entertainment, filiale du groupe Sony, a protesté jeudi contre la mise en ligne par Wikileaks d'une base de données contenant plus de 30.000 documents et plus de 170.000 courriels de la société que des hackers ont obtenus à la fin 2014 lors d'une cyberattaque de grande envergure. /Photo d'archives/REUTERS/Mario Anzuoni

Sony Pictures Entertainment, filiale du groupe Sony, a protesté ce jeudi 16 avril contre la mise en ligne par Wikileaks d'une base de données contenant plus de 30 000 documents et plus de 170 000 courriels de la société que des hackers ont obtenus à la fin 2014 lors d'une cyberattaque de grande envergure.

"La cyberattaque contre Sony Pictures était un acte criminel malveillant et nous condamnons fermement l'indexation par Wikileaks d'informations volées sur des employés et d'autres informations privées", a dit Sony Pictures dans un communiqué.

Wikileaks, connu pour avoir dévoilé de nombreux documents confidentiels du gouvernement américain, a estimé que ces documents relevaient du domaine public.

"Ces archives dévoilent le fonctionnement interne d'une entreprise multinationale influente", a déclaré le fondateur du site Julian Assange dans un communiqué. "Cela comporte un intérêt journalistique et c'est au centre d'un conflit géopolitique."

Le gouvernement américain a imputé la responsabilité de la cyberattaque à la Corée du Nord, qui avait protesté fortement contre la diffusion d'un film produit par Sony Pictures, "The Interview", imaginant l'assassinat du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Pyongyang a démenti toute implication dans ce piratage.

Avec Reuters (Lisa Richwine; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS