Sony vise les pros avec ses lunettes de réalité augmentée

Sony commercialisera la version pour développeurs de ses lunettes de réalité augmentée SmartEyeGlass début mars dans une poignée de pays. Objectif : développer un portefeuille d'applications avant un lancement pour le grand public et les pros prévu pour 2016.

Partager
Sony vise les pros avec ses lunettes de réalité augmentée

Alors que Google ferme (temporairement ?) son bêta test des Google Glass, Sony ouvre le sien pour ses SmartEyeGlass, annoncées en septembre 2014. Mais la stratégie du japonais diffère de celle de l'américain : c'est sur les usages professionnels qu'il parie avant tout. En janvier, Sony avait d'ailleurs mis en scène le prototype dans plusieurs environnements professionnels : pour des ouvriers en usine ou dans un entrepôt logistique, pour des pompiers en intervention ou des infirmières dans une maternité.

un modèle développeurs à 670 euros

Pour permettre aux professionnels de s'approprier l'outil et créer leur propres applications, Sony va commercialiser une version développeurs de ses lunettes début mars. Elles sont d'ores et déjà disponibles en pré-commande au Royaume-Uni et en Allemagne, et seront vendues au Japon et aux Etats-Unis dès le 10 mars. Les clients industriels en France, Italie, Espagne, Suède, Belgique et aux Pays-Bas pourront également l'acheter à cette date, au prix de 670 euros hors taxes. Evidemment, Sony met à leur disposition un kit de développement logiciel sur sa plate-forme dédiée aux développeurs, "Sony Developper World".

de la réalité augmentée en plein écran... mais monochrome

A quoi ressemble le prototype des SmartEyeGlasses ? A une paire de lunettes mastoc qui ne donne pas vraiment envie d'être portée (malgré sa légèreté, avec seulement 77 grammes). Mais son design devrait évoluer avant le lancement pour le grand public et les pros, prévu en 2016. Il ne faut donc pas s'arrêter à cette apparence disgracieuse et se pencher sur les caractéristiques techniques de l'objet. Il fonctionne de pair avec un smartphone (via une connexion Bluetooth), et doit être relié à un mini panneau de contrôle à fixer sur l'oreille (qui fait aussi office d'écouteur). L'autonomie annoncée est pour l'instant faible, de l'ordre de 80 minutes lorsque la caméra 3 mégapixels fonctionne et 150 minutes en veille. La monture embarque une batterie de capteurs, comme un gyroscope et un accéléromètre.

Les informations diffusées en réalité augmentée (texte, images) sont projetées sur toute la surface du verre (ou plutôt des écrans, transparents à 85%), et non sur un coin comme pour la première version des Google Glass. Mais cette projection est monochrome (en vert seulement, dans la démonstration vidéo de Sony), dans un souci d'économie d'énergie, précise le fabricant.

Au final, le modèle de Sony ressemble davantage à celui du français Optinvent ou de son compatriote Epson qu'à celui de Google. Parviendra-t-il à se différencier suffisament pour se faire une place sur ce marché très concurrentiel ? Le japonais a un an pour convaincre.

Sylvain Arnulf

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS