Soupçonnée d'espionnage, l'application chinoise TikTok interdite chez les militaires américains

A moins d'un an des prochaines élections présidentielles, l'armée américaine interdit à ses militaires d'utiliser TikTok sur leur téléphone professionnel. Les forces militaires estiment que les données ainsi échangées via l'application chinoise pourraient être manipulées par Pékin pour vicier la procédure électorale. 

Partager
Soupçonnée d'espionnage, l'application chinoise TikTok interdite chez les militaires américains

Dorénavant, les militaires américains ne pourront plus utiliser TikTok. L'Armée de l'Air et la Garde côtière américaines ont confirmé au Wall Street Journal, le 3 janvier 2020, avoir interdit à son personnel de se servir de l'application chinoise de vidéos courtes sur leur téléphone professionnel.

Une menace pour la cybersécurité

Les forces militaires américaines n'invoquent pas de raison précise. Mais cette interdiction suit les recommandations du Pentagone compilées dans un rapport publié en décembre 2019. Le document est clair : l'application TikTok constitue une menace pour la cybersécurité des Etats-Unis. Le Département de la Défense craint que les données – échangées par les Américains via cette application – soient récoltées et stockées par Pékin puis qu'elles servent ensuite à influencer les prochaines élections américaines de novembre 2020.

Est-ce pour prouver sa bonne foi que TikTok a publié son premier rapport de transparence le 30 décembre 2019 ? Dans ce document, la filiale de la start-up chinoise Bytedance révèle avoir reçu 298 "requêtes officielles" de la part de 28 pays sur une période de six mois. Apparemment, aucune n'émanait du gouvernement chinois. Or les chiffres avancés par la jeune pousse ne concernent que les demandes "officielles". Peut-être que Pékin exige de Bytedance la remise de certaines informations concernant un utilisateur en particulier sans forcément passer par la procédure formelle.

"Une entreprise de confiance et responsable"

TikTok n'a pas commenté cette annonce mais la start-up chinoise s'est déjà défendue face à de telles accusations. En octobre 2019, alors que deux sénateurs américains l'accusaient d'être une "menace" pour la sécurité intérieure, elle se présentait comme "une entreprise de confiance et responsable aux États-Unis" prête à coopérer avec les autorités pour prouver son innocence.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS