Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

SpaceX veut déployer sa constellation de satellites pour connecter le monde dès l'année prochaine

Vu ailleurs SpaceX a demandé au gouvernement américain la permission de débuter la mise en place de son réseau global d'accès à Internet par satellite. Les premiers tests sont prévus dès 2016.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

SpaceX veut déployer sa constellation de satellites pour connecter le monde dès l'année prochaine
SpaceX veut déployer sa constellation de satellites pour connecter le monde dès l'année prochaine © SpaceX

Le Washington Post rapporte que SpaceX a demandé à la Federal Communications Commission (FCC), l'autorité régulant les télécommunications aux Etats-Unis, la permission de mettre en oeuvre son projet de réseau satellitaire d'accès à Internet.

L'entreprise d'Elon Musk aurait effectué cette demande le mois dernier. Elle propose de commencer les tests dès l'année prochaine, avec comme objectif une mise en service d'ici à 5 ans. La constellation comporterait 4000 micro-satellites au total, un nombre beaucoup plus élevé que ce qui s'est jamais fait jusqu'à présent. Les satellites seraient assemblés à la chaîne pour en réduire les coûts. La mise en orbite (à 625 km d'altitude) sera effectuée par le lanceur Falcon 9 de SpaceX.

Un pari ambitieux

Ce projet ambitieux, s'il s'avérait un succès, transformerait SpaceX en un acteur majeur du secteur télécom, son réseau spatial à la couverture globale devenant une alternative aux réseaux terrestres. Dans un premier temps, le test emploiera deux satellites et se concentrera sur quatre stations au sol basées sur la côte ouest des Etats-Unis (deux à Redmond, une à Fremont et Hawthorne), afin de déterminer si les technologies de transfert de données permettent un service satisfaisant (débit, latence).

Google, dont l'ambition dans les télécoms n'est plus à démontrer, a investi avec le groupe financier Fidelity plus d'un milliard de dollars dans SpaceX en janvier 2015, spécifiquement pour ce projet. SpaceX n'est par ailleurs pas la seule entreprise a vouloir mettre en place un réseau de ce type. OneWeb, fondée par Greg Wyler, veut créer de son côté une constellation de 648 micro-satellites et dispose du soutien financier du groupe Virgin et de Qualcomm. Bill Gates avait également tenté une aventure similaire dans les années 90, qui s'était révélée un échec.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

Illuminati
10/06/2015 23h55 - Illuminati

Ce projet de 10 milliards de dollars a un potentiel incroyable. Imaginez un accès à Internet haute vitesse pour $10 par mois (8,8 €). Imaginez qu'une personne sur 1000 adhère au réseau d'Elon Musk. 8 milliards d'individus / 1000 = 8 millions 8 millions x $10 x 12 mois = 960 millions de dollars Ça prendrait entre 10 et 13 ans pour rembourser les coûts de ce projet. Imaginons maintenant que 5% des habitants de l'Europe, des USA, et du Canada s'abonnent à l'Internet par satellite de M. Musk... L'Union européenne (UE) compte 507 millions d'habitants. Les États-Unis et le Canada en compte 355 millions. 862 millions x 5% = 43 millions d'individus. 43 millions x $10 x 12 mois = 5,16 milliards de dollars. Cette fois ça ne prendrait que 2 ans pour rembourser les coûts du projet ! Par la suite, Elon Musk se mettrait 5 milliards de dollars dans les poches chaque année. On parle de 75 milliards de dollars sur 15 ans, soit la vie utile d'un satellite. Et ça c'est avec seulement 5% de la population de l'UE, des USA, et du Canada. Et c'est avec un prix de seulement 8,8 € par mois. Imaginez par exemple si aux USA les gens payaient $15 par mois. Imaginez les profits si on ajoute les Japonais, les Australiens, les Coréens, et tous les autres. Une montagne de fric. Ça laisse songeur...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

alquier
11/06/2015 09h13 - alquier

Les calculs ne se font pas comme cela. Tout d'abord parce que celui qui a déjà une solution haut débit n'achètera pas dans 99% des cas. Par exemple qui voudrait en France d'un accès à faible débit au regard du 20M (et au delà pour la fibre). Même à moitié prix. Son marché est dans les zones blanches, non couvertes. Autant dire 0% en Europe pour l'accès Internet du particulier. Reste l'IoT. Mais là les solutions sont beaucoup moins chères, quand elles existent. Bref l'économie de la chose est probablement intéressante (sinon SpaceX n'investirait pas), mais pas comme on le pense. Elon MUSK a vu en avance des besoins apparaître par le passé. Pour lancer son initiative il a du voir qq chose qui ferait sa "killing application" : IoT, objets connectés moyen débit, etc mais qq chose de petit aujourd'hui qu'il estime très grand demain.

Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale