Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Spie Sud-Ouest fait rentrer la réalité augmentée dans son offre de maintenance industrielle grâce à Ubleam

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Spie Sud-Ouest (groupe Spie) déploie une nouvelle offre de maintenance industrielle, qui intègre de la réalité augmentée grâce à une technologie de tag 3D développée par la startup toulousaine UBleam. La SNCF teste le système sur 7 sites.

Spie Sud-Ouest fait rentrer la réalité augmentée dans son offre de maintenance industrielle grâce à Ubleam
Spie Sud-Ouest fait rentrer la réalité augmentée dans son offre de maintenance industrielle grâce à Ubleam © Ubleam

Spie Sud-Ouest entre de plein pied dans les services numériques. La filiale régionale de services multi-techniques du groupe Spie (2720 salariés, 413 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013) teste avec la SNCF une nouvelle offre de maintenance industrielle, qui intègre de la réalité augmentée grâce à une technologie de tag 3D développée par la startup toulousaine UBleam. 

 

"L’objectif est de simplifier le processus de maintenance des moyens industriels via une interface en réalité augmentée facilement accessible sur site", résume Guillaume Roubichou, responsable commercial industrie de Spie Sud-Ouest. "Notre offre répond aux enjeux de compétitivité de l’usine du futur".

 

CODÉVELOPPé AVEC LA START-UP UBLEAM

 

Très concrètement, dès réception de son ordre de mission, le technicien Spie Sud-Ouest est informé via sa tablette ou son smartphone du client à dépanner, de la nature de l’intervention et du travail à effectuer sur la machine. Une fois sur site, il scanne un tag collé sur l’équipement concerné et accède à toutes les informations pertinentes et actualisées de la machine. "Tout cela grâce à une nouvelle génération de tag 3D dont la technologie a été développée par Ubleam", souligne Guillaume Roubichou.

 

 

Basée à Labège, au cœur de l’IoT Valley Toulousaine, Ubleam est une start-up co-fondée en 2011 par Olivier Mezzaroba et Samuel Boury. Elle a développé un tag 3D, baptisé Bleam, aux performances très particulières : il peut être scanné à distance (jusqu’à 4 mètres de distance pour un tag de 10 centimètres de diamètre), ne nécessite pas forcément d’être scanné de face et supporte la déformation, avec la possibilité de l’utiliser sur un support souple ou courbe (tuyaux, vannes, cylindres…).

 

"Notre tag est parfaitement adapté à une interface en réalité augmentée et ses champs d’application sont énormes", avance Olivier Mezzaroba, directeur général de la startup. Initialement positionnée sur des applications visant à augmenter le marketing des marques (une technologie propriétaire qui permet de connecter les produits des marques en scannant le logo), Ubleam s’oriente progressivement vers de nouveaux marchés dans l’environnement industriel. Sa technologie a déjà séduit une dizaine d’entreprises pour du suivi de production ou de la maintenance. La société, qui emploie 8 salariés et a réalisé un chiffre d’affaires de 250 000 euros en 2014, table sur 500 000 euros pour cette année et 2 millions d’euros pour l’an prochain et prépare une levée de fonds pour accompagner son développement à l’international.

 

Un pilote SNCF sur 7 sites

 

La solution de maintenance IdBleam, co-développée avec Spie Sud-Ouest, est actuellement en cours d’évaluation à la SNCF. Elle associe 4 éléments spécifiques : le tag proprement dit, développé par Ubleam ; l’interface, co-développée par les deux partenaires et spécifiquement adaptée à chaque utilisateur ; la base de données et une application métier dédiée, toutes deux développées par les équipes de Spie Sud-Ouest.

 

Dans le cadre d’une première phase pilote, la SNCF a choisi de tester cette solution à l’échelle de ses centres de maintenance du Languedoc-Roussillon. "7 sites sont concernés, ce qui représente un parc de 195 équipements de maintenance et une équipe d’une quinzaine de personnes, 7 chefs de site et 8 techniciens de maintenance", précise Guillaume Roubichou. Un retour d’expérience est attendu d’ici la fin de l’été.

 

Outre un déploiement à plus grande échelle à la SNCF, Spie Sud-Ouest compte commercialiser cette offre de services à d’autres industriels avec un développement adapté pour chaque client. La société travaille également sur des déclinaisons vers d’autres usages, dont un projet pour assurer le suivi de l’exposition aux risques chimiques pour des techniciens et opérateurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale