Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le robot-chien Spot de Boston Dynamics est utilisé par la police du Massachusetts

Vu ailleurs Le service de la police de l'Etat du Massachusetts a emprunté le robot Spot de Boston Dynamics entre août et novembre. Au-delà des cas des différents essais menés, la police l'aurait utilisé lors de deux situations. Celles-ci ne sont pas détaillées par les intéressés, mais Boston Dynamics prend soin de préciser que ses robots ne peuvent pas être exploités de manière à nuire physiquement ou intimider des personnes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le robot-chien Spot de Boston Dynamics est utilisé par la police du Massachusetts
Le robot-chien Spot de Boston Dynamics est utilisé par la police du Massachusetts © Boston Dynamics

Boston Dynamics avait annoncé fin septembre chercher à commercialiser sous forme de leasing son robot Spot pour des cas d'usages identifiés par les potentiels clients. La police de l'Etat du Massachusetts (Etats-Unis) a vite voulu tester des cas d'usages.

 

Déjà deux interventions réelles

Wbur, une radio publique du Massachusetts, et l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) ont appris que le service de police du Massachusetts a emprunté un robot Spot sous forme de leasing entre août et novembre. Au-delà des essais menés, il aurait même été utilisé lors de deux interventions. Mais aucune précision sur la nature de ces dernières n'a, pour l'heure, été donnée par les intéressés.

 

Déjà, lors d'un événement organisé par TechCrunch en avril dernier, plusieurs vidéos avaient été diffusées montrant le robot de Boston Dynamics en action. Dans l'une d'entre-elles, Spot ouvrait justement une porte pendant un scénario d'entraînement organisé par la police du Massachusetts. Le but étant de montrer que le robot peut aider les officiers à se mettre hors de danger lors de certaines interventions.

 

 

Spot peut informer sur un environnement dangereux

La police du Massachusetts explique tester Spot dans des situations dans lesquelles elle a besoin de collecter des informations dans des environnements trop dangereux pour envoyer des humains et où il n'est pas nécessaire d'avoir des interactions physiques avec l'environnement. Spot est donc utilisé comme un objet mobile d'intervention à distance fournissant des images d'objets suspects ou de situations compliquées, comme le lieu où se cache un suspect armé.

 

"La technologie robotique est un outil précieux pour les forces de l'ordre en raison de sa capacité à fournir une connaissance de la situation dans des environnements potentiellement dangereux", abonde auprès de Wbur un porte-parole de la police. Mais l'utilisation de robots par les forces de l'ordre soulève des questions éthiques, autour des libertés civiles. Notamment en cas d'armement du robot.

 

Questions autour de l'usage des robots

Toutefois, Boston Dynamics se veut rassurant. Les contrats de leasing contiennent une clause stipulant que le robot ne peut pas être utilisé de manière à nuire physiquement ou intimider des personnes, précise à Wbur Michael Perry, vice-président pour le business development chez Boston Dynamics. Le fait de conclure des contrats de leasing, et non de vendre ses robots, permet d'ailleurs à Boston Dynamics d'en contrôler l'usage.

 

Cela n'empêche pas l'ACLU d'être inquiète du manque de transparence des services de police dans l'usage de Spot. Plus globalement, l'association aimerait qu'un débat soit ouvert afin que des normes soient fixées pour encadrer l'usage des robots dans de telles missions.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media