Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Stéphane Roussel nouveau patron de SFR

Comme pressenti dans la journée du 28 juin, le conseil d’administration de Vivendi a permis au directeur des ressources humaines du groupe de devenir patron de SFR.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Stéphane Roussel nouveau patron de SFR
Stéphane Roussel nouveau patron de SFR © Arpejeh

Il prend donc les rênes de SFR en lieu et place de Michel Combes pressenti jusque-là pour succéder à Jean-Bernard Lévy patron en intérim du groupe de télécommunications.

Stéphane Roussel, diplômé de l'école des psychologues praticiens de Paris, a été pendant 12 ans en poste chez Xerox avant d’entrer au groupe Carrefour en tant que DRH jusqu’en 2004 dans différents services.

Il rejoint SFR en 2004 en tant que DRH et est membre du conseil d’administration de la fondation SFR, membre conseil d'administration d'Activision Blizzard et président du conseil d'administration de Digitick et SeeTickets.

Cette nomination laisse craindre que des mesures drastiques pourraient être prises au sein du groupe SFR selon les syndicats. Un Comité central d'entreprise (CCE) de l'opérateur se tiendra les 3 et 4 juillet pour aborder le volet stratégique.

En mai dernier, la direction de l'opérateur avait commencé à préparer les esprits à la mise en œuvre d'un "projet d'adaptation des structures" de l'entreprise bousculée par l'arrivée de Free.

Les rumeurs vont bon train depuis quant à des projets de suppression de postes pouvant toucher jusqu'à 1 600 salariés, des chiffres qui sont pour l'heure de l'ordre de la "spéculation", selon certaines organisations syndicales.

Divergence de stratégie chez Vivendi

Plus globalement, le groupe diversifié Vivendi a donc changé de patron lors du conseil d’administration du 28 juin. Jean-Bernard Lévy, aux commandes depuis 2002, est remplacé par Jean-François Dubos, actuel secrétaire général du groupe. Ce départ est justifié par l'existence d'une "divergence sur l'évolution stratégique du groupe", dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion du conseil de surveillance, réuni un peu plus tôt.

Des désaccords sont apparus au grand jour le week-end dernier à l'occasion d'un séminaire stratégique, à huis clos, des dirigeants du groupe, alors que Vivendi, malmené en Bourse ces derniers temps, s'interroge sur une éventuelle refonte de son périmètre, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

Pour l’heure le groupe Vivendi ne précise pas si le remplacement est temporaire ou définitif.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.