Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Stimio lève 1,7 millions d'euros pour digitaliser la maintenance dans le ferroviaire

Levée de fonds Près de Nantes, Stimio a développé une solution IoT clé-en-main destinée à la maintenance prédictive dans l’industrie. Renforcée d’1,7 millions d'euros, elle veut accélérer son déploiement sur le marché du ferroviaire.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Stimio lève 1,7 millions d'euros pour digitaliser la maintenance dans le ferroviaire
La solution de Stimio prédit le comportement et les défaillances à venir sur les équipements. © Stimio

Quelques mois après la signature d’un contrat cadre avec SNCF Voyageurs, Stimio annonce avoir bouclé une nouvelle levée de fonds à hauteur d’1,7 millions d'euros. Y participent le Crédit Mutuel Innovation, déjà présent au tour de table depuis 2019 à l’occasion d’une levée de fonds d’1,4 millions d'euros, et 574 Invest, le fonds d’investissement mis en place par le groupe SNCF.

Fondée en 2014, la société nantaise a fait du ferroviaire son axe stratégique de développement. "Sur le marché du ferroviaire, que ce soit les trains, les métros ou les tramways, notre solution cible l’ensemble des acteurs de l’écosystème : les opérateurs, les équipementiers, les constructeurs de matériels…", détaille David Dorval, président et fondateur de Stimio.

La solution IoT Oxygen
Concrètement, l’offre IoT Oxygen de Stimio s’appuie sur un ensemble de capteurs de données sans fil à ultra-basse consommation. Dans le ferroviaire, ils permettent une surveillance en temps réel du matériel roulant et des infrastructures telles que les rails les ou caténaires. Analysées par des algorithmes, ces données permettent de prédire les comportements et les défaillances à venir des équipements monitorés. Ces données enrichies sont restituées sur la plateforme Oxygen Cloud et connectables aux systèmes d’informations.

Un contrat cadre avec SNCF Voyageurs
Mentionnant des clients comme la SNCF, Transdev ou encore la Société nationale des chemins de fer luxembourgeois, Stimio fait état de 10 000 capteurs déjà installés. En mars dernier, elle a signé un contrat cadre de cinq ans avec SNCF Voyageurs. Il porte sur la fourniture de 12 500 capteurs afin d’équiper les TER, Intercités, TGV et trains de fret.

Ces capteurs vont permettre de relever différentes problématiques sur le matériel roulant, avec des cas d’usages déjà déployés comme la détection du niveau d’eau des sanitaires, de la supervision des portes des trains ou de la pression dans les groupes de climatisation. L’objectif, in fine, est d’améliorer la disponibilité du matériel roulant et générer des gains de productivité pour réduire de 10 à 30 % les coûts de maintenance. "A mon sens, la transition écologique passe par le ferroviaire. Mais sa performance économique de ce secteur sera liée à sa digitalisation, et donc aux capteurs embarqués", analyse David Dorval.

A l’export
Si Stimio entend "conforter et consolider son avance technologique en termes d’IA et de modèles de prédiction", la PME souhaite appuyer son développement commercial en France et en Europe. "Nous sommes déjà positionnés au Royaume-Uni et au Luxembourg. Et souhaitons nous implanter en Europe du Nord et en Allemagne, où un bureau a été ouvert début 2020."

L’ouverture d’un bureau est envisagée au Royaume-Uni. A Carquefou, près de Nantes, Stimio (2,7 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019) compte 30 salariés. Une dizaine de recrutements sont prévus dans les 12 mois. A terme, la société entend aussi accélérer aussi le déploiement de sa solution sur d’autres secteurs s’appuyant sur des équipements déportés et mobiles comme l’énergie, l’oil and gaz et les télécoms.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.