Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

STMicroelectronics s’engage contre la fracture numérique en France

Cas d'école Par le biais de sa fondation caritative, STMicroelectronics participe à une initiative visant à réduire la fracture numérique dans la commune de Montrouge. Une première en France qui devrait être dupliquée ailleurs dans l’Hexagone où le fabricant franco-italien de semiconducteurs est présent.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

STMicroelectronics s’engage contre la fracture numérique en France
Signature du protocole d'accord entre la Fondation STMicroelectronics et ses partenaires à Montrouge © ST

"Digital Unify", le programme de lutte contre la fracture numérique de la Fondation STMicroelectronics, débarque en France. Il sera mis en œuvre dans la commune de Montrouge. C’est le sens du protocole d’accord conclu par la Fondation STMicroelectronics avec la Ville de Montrouge et les associations Espace Colucci, Montrouge Habitat, Acadomia, Secours Populaire, Ecoute Chômage et Initiative Emploi.

 

Des bénéficiares plus difficiles à identifier en France

Créée en 2001 par Pasquale Pistorio, l’ancien PDG de STMicroelectronics, comme reflet de l’engagement en matière de responsabilité sociale du groupe, la Fondation STMicroelectronics avait jusqu'ici mené son programme Digital Unify, lancé en 2003, surtout dans des pays en voie de développement comme le Maroc, les Philippines, le Sénégal, l’Inde ou encore le Brésil. Bien que la fondation soit intervenue également en Italie et en Allemagne, elle n’avait jusqu’ici jamais touché la France.

 

"« A priori, les bénéficiaires potentiels semblent plus difficiles à identifier en France, commente Alain Dutheil, ancien directeur général de STMicroelectronics aujourd’hui membre du conseil d’administration de la Fondation et grand promoteur de l’extension de son programme dans l’Hexagone. Mais les besoins existent. Nous risquons même d’être débordés par le volume des demandes."

 

Susciter des vocations en interne 

A Montrouge, la Fondation STMicroelectronics va financer l’équipement de salles informatiques (PC, imprimantes, projecteurs et connexions internet), fournir des cours en français et aider à trouver des formateurs. Chaque salle sera équipée pour accueillir 15 à 20 personnes pour un cours d’initiation numérique de 20 heures. Les bénéficiaires seront sélectionnés par les associations parmi des jeunes en retard scolaire, des chômeurs, des personnes illettrées, des immigrés en difficultés ou des séniors en situation d’isolement. L’engagement de la Fondation STMicroelectronics représente un effort financier de l’ordre de 100 000 euros sur trois ans.

 

"C'est un aspect encore méconnu au sein de STMicroelectronics, déplore Alain Dutheil. Nous voulons mieux le faire connaitre en interne, susciter des vocations et encourager des employés à contribuer au programme de la fondation. Une dizaine de cadres de STMicroelectronics à Montrouge sont déjà volontaires pour former des formateurs ou donner des cours." L’opération démarre en juillet 2016 pour une durée de trois ans.

 

Prochaine opération peut-être à Grenoble

La Fondation STMicroelectronics dispose d’un budget annuel d’environ 800 000 euros financé par STMicroelectronics et des donateurs. Depuis sa création, son programme a bénéficié à près de 300 000 personnes dans le monde. Alain Dutheil voit l’opération à Montrouge comme une première étape pour l'action de la fondation en France. "Nous voulons mener des initiatives similaires dans d’autres endroits où STMicroelectronics est présent en France, prévoit-il. Je vois bien Grenoble comme le prochain lieu de mise en place du programme."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media