Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

STMicroelectronics supprime 500 postes, mais pas en France

Face à l’aggravation de ses pertes au troisième trimestre 2012, le fabricant franco-italien de semiconducteurs met en place un plan d’économie de 150 millions de dollars d’ici à fin 2013. Au programme : chômage partiel dans les usines, baisse des investissements et dépenses R&D et suppression de 500 emplois.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

STMicroelectronics supprime 500 postes, mais pas en France
STMicroelectronics supprime 500 postes, mais pas en France © D.R.

La situation financière de STMicroelectronics se dégrade. Au troisième trimestre 2012, le fabricant franco-italien enregistre une perte de 478 millions de dollars pour un chiffre d’affaires de 2,17 milliards de dollars.  Au trimestre précédent, il affichait une perte de 75 millions de dollars pour un chiffre d’affaires de 2,15 milliards de dollars.

Face à cette dégradation, le groupe a décidé d'un plan d’économie de 150 millions de dollars d’ici fin 2013. Au programme : la poursuite de la baisse des investissements industriels et des dépenses de R&D, la mise au chômage technique en décembre prochain des usines de Crolles, Tours et Catane (en Sicile), et la suppression de 500 postes sur un effectif total de 50 000 personnes. Selon la société, la France ne serait pas concernée par cette suppression d’emploi. Et il ne s’agirait que de non remplacement des départs naturels.

STMicroelectronics fait face à un environnement difficile dans les semiconducteurs. D’ailleurs d’autres grands noms du secteur comme Texas Instruments ou AMD ont annoncé des mauvais résultats ou des licenciements. Mais le groupe franco-italien souffre aussi des problèmes structurels de son activité circuits numériques et de ST-Ericsson, sa coentreprise avec Ericsson dans les circuits pour téléphones mobiles. D’ailleurs, sur le bilan du troisième trimestre 2012, il a inscrit une provision de 690 millions de dollars pour dépréciation de sa participation de 50% dans ST-Ericsson.

1 milliard de dollars de perte en deux ans

STMicroelectronics a plongé dans le rouge au dernier trimestre 2011 à cause des difficultés de ses premiers clients, Nokia en tête. Les déboires du constructeur finlandais de téléphonie mobile se traduiraient pour STMicroelectronics par la perte de 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires en deux ans. Le groupe dirigé par Carlo Bozotti a tenté de compenser cette perte par des nouveaux clients comme Audi ou Samsung. Mais ceci ne semble pas avoir suffi.

Pour ramener son activité de circuits numériques au vert, STMicroelectronics a regroupé en juillet dernier son activité avec celle de ST-Ericsson en vue de gain d’échelle en offrant ces composants à un large spectre d’applications (mobiles, tablettes, décodeurs, télévision, etc.). Il va transférer aussi son équipe de développement de la Californie à Grenoble qui deviendra le seul lieu de développement de ses circuits numériques.

Reste la question de l’avenir de ST-Ericsson, qui constitue le principal foyer de perte pour le groupe. Sera-t-elle vendue, adossée à une partenaire industriel ou absorbée ? Le nouveau plan stratégique, qui sera dévoilé en décembre 2012, donnera peut-être la réponse.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media