Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Stocker votre ADN dans le cloud de Google coûte désormais 25 dollars

Pour 25 dollars par an, la nouvelle division de Google créée il y a 18 mois, Google Genomics, offre aux scientifiques de stocker les données ADN sur lesquelles ils travaillent dans son cloud. Talonné par Amazon, qui propose un service concurrent, le moteur de recherche ne compte pas s'arrêter là : selon la revue du Massachusetts Institute of Technology, il développe un système qui permettra aux chercheurs d'explorer et de comparer ces data aussi facilement que s'ils surfaient sur le net. La création de ce cloud génomique par des sociétés privées soulève de nombreuses questions éthiques.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Stocker votre ADN dans le cloud de Google coûte désormais 25 dollars
Stocker votre ADN dans le cloud de Google coûte désormais 25 dollars © D.R.

Stocker l'ADN de millions d'êtres humains, trier les données qui en sont issues, les comparer entre elles, faire des expériences... Non, vous n'êtes pas dans le film de science-fiction "Bienvenue à Gattaca", mais dans la nouvelle division que Google a lancé discrètement en mars 2013, Google Genomics. La structure veut emmagasiner ces data scientifiques sur son cloud, explique la revue du Massachusetts Institute of Technology, dans une longue enquête.

le prix du service va chuter

Le géant de la tech a d'ores et déjà contacté plusieurs universités et hôpitaux. Enregistrer l'ADN d'une personne chez Google coûte pour l'instant 25 dollars par an, pour 100 gigaoctets de data. Mais ce prix pourrait bien chuter, car ces informations une fois traitées ne pèsent plus qu'un gigabit (archiver cette faible quantité de données coûte dans le service cloud traditionnel de Google 0,25 centime par an, précise la MIT Review).

L’Institut national du cancer américain (Inca) serait prêt à débourser 19 millions de dollars pour transférer ses 2,6 petaoctets de données, aujourd'hui stockées sur son "Cancer Genome Atlas". L'organisation enregistrera ces informations chez Google Genomics, mais également sur le cloud d'Amazon, qui a développé une offre concurrente. L'Inca veut contribuer à la mise en place d'un cloud du génome des personnes atteintes de cancer, pour faire avancer la recherche.

surfer sur votre génome

Car Google ne veut pas seulement enregistrer ces ADN dans son système, mais aussi permettre aux scientifiques de "surfer" sur ces informations génétiques aussi facilement que sur Internet. Pour étudier, décortiquer, comparer les génomes stockés, les scientifiques utiliseront BigQuery. Ce programme de traitement de bases de données avait été créé au départ par la firme pour analyser le comportement des internautes. Il leur permettra de ne plus faire leurs expériences sur une fraction d'ADN mais sur des milliers et donc de travailler beaucoup, beaucoup plus vite. Ce service sera facturé en plus du service de stockage.

Cette évolution soulève de nombreuses questions éthiques, car les génomes étaient jusqu'à présent stockées par des organismes de recherche publique. Si elles sont enregistrées dans les clouds d'entreprises privées comme Google, mais aussi Amazon, à qui appartiennent-elles ? D'autant que les deux sociétés américaines ne sont pas les seules à s'intéresser à cette question : de nombreuses start-up, comme Tute Genomics, Seven Bridges et NextCode Health, construisent des programmes de navigation qui permettront aux scientifiques d'explorer nos données génétiques.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale