Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Stratasys dévoile trois nouvelles imprimantes 3D dédiées à la production en série

Stratasys vient de dévoiler trois nouvelles imprimantes 3D industrielles dédiées à la fabrication de pièces finales, un cas d'usage dans lequel Stratasys a vu son chiffre d'affaires augmenter de 25% en 2020. L'imprimante F770 s'adresse à l'impression de grandes pièces tandis que l'Origin One est dédié à la production de pièces détaillées et complexes. De son côté la H350 embarque un nouveau procédé de fabrication, la technologie SAF.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Stratasys dévoile trois nouvelles imprimantes 3D dédiées à la production en série
Stratasys dévoile trois nouvelles imprimantes 3D dédiées à la production en série © Stratasys

Stratasys veut accélérer dans la production en série de pièces finales, un cas d'usage encore rare de la fabrication additive, qui reste principalement réservée au prototypage. Il vient de présenter trois nouvelles imprimantes polymères : la F770, la H350 et l'Origin One.

L'élargissement du portefeuille de solutions a été motivé en partie par la crise du Covid-19 qui a montré les limites du secteur manufacturier traditionnel. "Les perturbations que nous constatons aujourd'hui du côté de l'offre et de la demande des chaînes d'approvisionnement mondiales sont un signe clair que le statut quo ne fonctionne pas", a déclaré Yoav Zeif, le PDG de Stratasys. Ainsi, "la fabrication additive donne aux entreprise l'entière liberté de décider quand, où et comment produire les pièces", a-t-il ajouté.

En 2020, Stratasys a augmenté de plus de 25% son chiffre d'affaires dans le domaine des applications manufacturières. A l'avenir, il estime que l'augmentation de ses revenus dans ce secteur dépassera celui des autres segments, à raison d'une croissance annuelle de plus de 20% dès 2022. 

Dédiée aux grandes pièces
L'imprimante F770 est dédiée la production de grandes pièces grâce à un compartiment de fabrication entièrement chauffé de 117 centimètres de long en diagonale. D'un prix inférieur à 100 000 dollars, elle peut être commandée dès maintenant pour une livraison en juin 2021.

La machine utilise des thermoplastiques standards et un matériau de support soluble permettant l'impression de pièces aux structures internes complexes avec un post-traitement réduit, promet Stratasys. Elle utilise la technologie FDM (Fused deposition modeling) qui consiste à déposer de la matière couche par couche grâce à un filament de matière polymère qui est fondu puis extrudé.

Elle peut être utilisée pour la fabrication de gabarits et fixations ou des prototypes fonctionnels de grandes dimensions, comme les panneaux de véhicules, ou la réalisation d'un grand nombre de petites pièces de production grâce à son grand plateau. 

L'entreprise américaine Sub-Zero qui fabrique des appareils électroménagers a été l'un des bêta testeurs de cette nouvelle imprimante. Doug Steindl, superviseur du laboratoire de développement de la société, explique qu'elle a permis d'imprimer des pièces plus grandes en interne, ce qui s'est traduit par des économies de 30 à 40%. "Cela nous permet d'accélérer nos mises sur le marché à tous les niveaux", s'est-il réjouit.

SAF, un nouveau procédé de fabrication
La H350 est conçue pour fabriquer des pièces homogènes, précises et à des coûts de production abordables. Elle comporte elle-même une douzaine de pièces imprimées en 3D par la technologie SAF, un nouveau procédé de fabrication présenté en mars dernier.

La "Selective Absorption Fusion" se situe à mi-chemin entre la fusion laser sur lit de poudre et la projection d'un liant sur poudre. Il fonctionne couche par couche. Un fluide, déposé sur le lit de poudre, chauffe et fait fondre la matière pour tracer la forme désirée grâce à une lampe infrarouge. Et ainsi de suite jusqu'à ce que l'objet soit fini.
 


Cette imprimante, dont le prix est encore inconnu, devrait être disponible dès le troisième trimestre 2021. Elle a été conçue pour répondre aux besoins des clients dans des secteurs tels que les biens de consommation et commerciaux, l'automobile ainsi que l'électronique. Ses applications incluent des pièces finales telles que les protections, les connecteurs, les charnières, les supports de câbles, les boîtiers électroniques et les gaines.

L'Origin One pour les pièces finales
La dernière imprimante est le fruit du rachat d'Origin par Stratasys en décembre 2020. L'Origin One utilise la technologie P3 pour fabriquer des pièces finales. Les commandes pourront être passées dès le mois de mai.
 


L'Origin One est une nouvelle version de l'imprimante conçue par la start-up californienne. Elle apporte un plateau de fabrication plus grand et des mises à jour logiciel et matériel permettant de simplifier l'entretien, d'améliorer les performances et d'augmenter la capacité d'utilisation de l'appareil, promet Stratasys.

La prise en charge de 10 résines industrielles
L'Origin One est capable de prendre en charge des pièces allant jusqu'à 192 x 108 x 370 mm et de reproduire des détails d'une taille inférieure à 50 microns. Les matériaux tiers comprennent 10 résines industrielles. Cette machine s'adresse à la fabrication de pièces de production et d'outillage pour les secteurs de l'automobile, de l'aéronautique, de la défense, des biens de consommation et de la médecine. Une version du produit dédiée au secteur dentaire est également en cours de développement. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.