Stratumn promet la blockchain pour tous

La start-up française Stratumn a levé 600 000 euros fin mars auprès d'Otium Venture et de business angels.

Sa solution PAAS (platform as a service), qui permet de développer des applications baséees sur la blockchain, séduit les entreprises de nombreux secteurs industriels... et s'impose comme un incontournable de l'écosystème.

Partager
Stratumn promet la blockchain pour tous

Le chainon manquant dans l’écosystème français de la blockchain ? Avec sa plate-forme de développement d’applications basée sur la blockchain, Stratumn s’est imposé en quelques mois comme un acteur incontournable de l'écosystème. Fin mars, la start-up parisienne a d’ailleurs annoncé avoir levé 600 000 euros auprès d' Otium Ventures et de business angels comme Eric Larchevêque, fondateur de la Maison du Bitcoin et de Ledger.

"La capacité à créer de la confiance sans autorité centrale qu’apporte la blockchain a le potentiel de bouleverser tous les secteurs, avec une force que l’on ne fait encore qu’entrevoir. Des institutions dont l’actif principal était une confiance durement acquise vont devoir se remettre en question. C’est le chaînon manquant de l’uberisation", a commenté Bruno Raillard, partner d’Otium Venture, dans un document diffusé dans le cadre de cette levée de fonds.

La blockchain concerne tout le monde

"Ce financement nous a permis de recruter des ingénieurs. Nous serons prochainement 8 salariés. On va aussi accélérer notre développement commercial", détaille Sébastien Couture, directeur marketing. Pour l’instant, seule une version bêta privée de la plate-forme est disponible, mais une version publique devrait être lancée en juin. Depuis le lancement de sa solution en février, plusieurs grandes entreprises françaises ont déjà signé un partenariat.

Une solution Plug & Play

Pour faciliter l’adoption de la blockchain par les entreprises, Stratumn a développé une couche logicielle en langage Javascript. Cette solution PAAS (plateforme as a service) permet aux béotiens de développer tout type d’applications, basées sur le protocole. "Notre plateforme B2B de développement en PaaS (PlatformasaService) permet aux développeurs de réaliser simplement et sans connaissance spécifique tout type d’application basée sur la Blockchain. Notre API et les outils de programmation que nous proposons permettent d’optimiser encore davantage la rapidité de mise en oeuvre", a précisé Stephan Florquin, directeur technique de Stratumn, dans le documenté publié pour la levée de fonds. Pas besoin d’avoir percé les secrets de la blockchain pour en exploiter le potentiel. 

 

"La blockchain intéresse tout le monde, au même titre qu'internet, à l'époque de son apparition", continue Sébastien Couture. Banques, start-up de santé, services logistiques, cabinets de conseil et d’audit internationaux, tous ont conscience de la force de frappe du protocole.

La France : un terreau fertile

Fruit de la rencontre entre Richard Caetano, Stephan Florquin, Sébastien Couture et François Dorleans, Stratumn est née fin 2015 à Paris. "La fertilité de l’écosystème numérique français, la qualité des profils notamment d’ingénieurs, et le soutien aux PME par les institutions publiques sont des atouts qui font de la France un berceau idéal pour l’amorçage de société à forte valeur technologique, qui n'a rien à envier à la Silicon Valley", a déclaré le PDG Richard Caetano, dans un communiqué.

L’annonce de Bercy le mois dernier, qui veut profiter de l’ordonnance sur la réglementation financière et de la création des minibons pour expérimenter sur la blockchain, abonde dans ce sens. "La France est plutôt ouverte le sujet. On va d'ailleurs travailler avec des plate-formes de crowdlending pour la mise en circulation des minibons", précise Sébastien Couturier.

Pour l’instant, Stratumn rencontre peu de concurrence sur le marché français et "vu l’état d’avancement de l’écosystème de la blockchain, les start-up ont plutôt intérêt à travailler ensemble", conclut le directeur marketing. A bon entendeur…

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS