Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Stripe lève 250 millions de dollars pour accélérer, entre autres, son développement en Europe

Levée de fonds Stripe a annoncé jeudi 19 septembre un nouveau tour de table portant sa valorisation à 35 milliards de dollars. Rien ne semble plus arrêter cette start-up américaine spécialiste du paiement, qui a conquis certains des plus grands noms de l’e-commerce occidental.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Stripe lève 250 millions de dollars pour accélérer, entre autres, son développement en Europe
Stripe lève 250 millions de dollars pour accélérer, entre autres, son développement en Europe © Michelle Drewes

Stripe a annoncé le 19 septembre 2019 une nouvelle levée de fonds de 250 millions de dollars, soit plus de 226 millions d’euros, auprès entre autres de General Catalyst, Sequoia et Andreessen Horowitz. Ce tour de table a pour objectif de poursuivre le développement des produits mais aussi d’accélérer à l’international. La société, qui opère dans 34 pays, vise une quarantaine de marchés dans les prochains mois, dont la Pologne, le Portugal, la Grèce et les Etats baltes. Côté produits, Billing (gestion des abonnements en ligne) et Terminal (paiement en point de vente) vont également être déployés dans de nouvelles régions.

 

Lever les freins liés à la gestion de différentes devises

Stripe a mis en place une infrastructure programmatique pour les flux financiers à l'échelle mondiale, baptisée le Global Payments and Treasury Network (GPTN), qui propose une gamme de produits et services disponibles dans 34 pays. L’ambition de la société est de gommer les freins liés à la gestion de différentes devises via une solution sécurisée permettant à ses clients de démarrer, développer et étendre leurs activités e-commerce en acceptant les paiements partout dans le monde. "Aujourd'hui, en 2019, seulement un peu moins de 8% du commerce mondial s’effectue en ligne", rappelle John Collison, président et cofondateur de Stripe. Nous construisons maintenant l'infrastructure qui permettra l’e-commerce de 2030 - et au-delà".

 

Concrètement, la plate-forme permet à une entreprise d’accepter des paiements dans plus de 130 devises en 10 minutes. Elle a ainsi accès à un réseau mondial de paiements et de trésorerie. Stripe a progressivement enrichi son offre d’outils de gestion de comptabilité, facturation, paiements à des tiers et d'optimisation des paiements mobiles, avec l’accès à Apple Pay et Google Pay. Le tout est rassemblé dans un tableau de bord centralisé.

 

Une pléthore de produits financiers

L’objectif de la fintech est d’accompagner les entreprises, quelle que soit leur taille, dans le développement de leur business à l’international. Ce nouveau prestataire de paiement (PSP) a ainsi développé des produits comme Connect Express, une infrastructure d'intégration des vendeurs qui facilite l'ajout d'un flux d'intégration locale de vendeurs internationaux pour les plate-formes.

 

Deux nouveautés ont dernièrement vu le jour aux Etats-Unis : Stripe Corporate Card, une carte de crédit de gestion des dépenses des entreprises sur Internet et Stripe Capital, dont le but est de permettre aux entreprises d'accéder plus rapidement et plus facilement aux fonds dont elles ont besoin de manière automatique et instantanée. Enfin, elle propose, via des techniques de machine learning, des mesures de sécurité contre les transactions frauduleuses.

 

Amazon, Uber et Airbnb comme clients

La start-up s'est aussi faite un nom grâce à ses clients, notamment américains. La solution a récemment été adoptée par Airbnb, Twilio, ou GitHub, auxquels s'ajoutent des entreprises telles que Amazon, Uber, Shopify, Salesforce, Deliveroo, ou en France Doctolib, ManoMano, Meero, Dassault Systèmes, Decathlon et Leroy Merlin. La fintech compte plus de 2 000 employés dans 14 bureaux, dont une équipe de développement produits en Europe qui travaille à l’adaptation des solutions aux marchés locaux. Elle devra néanmoins compter sur l'autre leader du secteur, le néerlandais Adyen, qui s'est dernièrement lié à Alipay, la première plateforme mondiale de services de paiement, gérée par Ant Financial Services Group, filiale financière d’Alibaba.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media