Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Suite au Brexit, la néobanque allemande N26 quitte le marché britannique

N26 quitte le Royaume-Uni. Un retrait que la néobanque allemande justifie par l'application du Brexit, qui ne lui permettrait plus d'opérer au Royaume-Uni du fait de sa licence bancaire européenne.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Suite au Brexit, la néobanque allemande N26 quitte le marché britannique
Suite au Brexit, la néobanque allemande N26 quitte le marché britannique © N26

N26, la néobanque allemande, a annoncé mardi 11 février 2020 se retirer du marché bancaire britannique. Tous les comptes N26 au Royaume-Uni seront clôturés le 15 avril 2020. D'ici à cette date, ils fonctionneront normalement et les clients ayant de l'argent sur un compte N26 sont invités à transférer leurs fonds vers un autre compte bancaire.

 

Raison invoquée par N26 : le Brexit. La fintech explique dans un communiqué que "le calendrier et le cadre décrits dans l’accord de retrait de l’Union européenne signifient que l’entreprise ne sera prochainement plus en mesure d’opérer au Royaume-Uni avec sa licence bancaire européenne". Mais une date met à mal cet argument. L'Allemand a ouvert ses bureaux à Londres en octobre 2018, soit bien après le référendum en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

 

Et pour continuer à opérer sur ce marché, la néobanque devrait demander une licence bancaire britannique. Celle-ci est probablement trop coûteuse par rapport au nombre de clients qu'elle a su séduire sur ce marché extrêmement concurrentiel, qui compte au Royaume-Uni Revolut, Starling, Monzo ou encore TransferWise.

 

N26 rappelée à l'ordre par les autorités allemandes

Se voulant rassurante, la néaobanque précise que "les clients des autres marchés ne seront pas affectés par cette décision". N26 assure que la majorité de ses effectifs dédiés aux opérations au Royaume-Uni viendront renforcer d'autres équipes. La néobanque allemande veut poursuivre ses développements au sein de l'Union européenne où elle vient de franchir le cap des 5 millions de clients, et renforcer sa présence aux Etats-Unis où elle s'est lancée en juillet 2019.

 

En parallèle, N26 est également bousculé par les autorités allemandes. La Bafin, l'autorité fédérale de supervision financière, a rappelé à l'ordre la néobanque en mai 2019. Le gendarme allemand des banques lui a demandé de renforcer ses mesures de sécurité en visant à éviter le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, en améliorant notamment sa documentation interne décrivant ses procédures et en vérifiant l'identité de certains de ses clients.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Raph
18/02/2020 13h14 - Raph

Et pour Revolut sur le marché Européen après le brexit ? Il est dit ici https://techfoliance.fr/neobanques/avis-revolut/ que la néobanque a couvert ses arrières mais qu'en est il réellement ?

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media