Tout le dossier Tout le dossier

Sup de web, le plongeon dans l’entreprise

Quatrième volet de notre série sur les écoles du numérique : Sup de web. Ouverte à la rentrée 2012, cette petite école des métiers du web axe sa formation sur le contact permanent avec les entreprises du web.

Partager
Sup de web, le plongeon dans l’entreprise

"Le web recrute beaucoup, mais les profils digitaux sont rares. C’est à la demande des professionnels qui ne trouvaient pas les compétences dont ils avaient besoin que nous avons décidé d’ouvrir cette école." Alexia Moity, jeune directrice de Sup de web, vient elle-même du monde professionnel, ayant travaillé dix ans dans une agence web. Le cursus de trois ans se passe essentiellement en immersion professionnelle : quatre mois de stage en première et en deuxième année, une troisième année dont huit mois sur dix se déroulent en entreprise, en contrat de professionnalisation. L’école reçoit beaucoup d’offres de stages - 200 avant même l’ouverture de l’école.

Les professeurs ? Des professionnels, eux aussi, qui viennent ponctuellement, en fonction des sujets. "On va chercher leur expérience, l’actualité de leurs savoirs", précise la directrice, qui dit avoir "une vision très pragmatique de la formation". Des chefs d’entreprise du web viennent aussi, régulièrement, assurer des master class, comme le créateur d’AlloCiné, le directeur général de Voyages-SNCF, ou des patrons de start-up.

Des développeurs sensibilisés aux contenus et au marketing

Sup de web a ouvert ses portes à la rentrée 2012, dans la foulée de plusieurs autres écoles du web en trois ans. Elle vient d’accueillir sa deuxième promotion d’une quarantaine d’étudiants. L’école appartient au groupe privé MediaSchool, qui possède déjà une école de journalisme (Institut européen de journalisme) et une école de communication (European communication school). Au fond d’une ruelle du seizième arrondissement de Paris, les trois établissements se partagent de vastes locaux, leurs étudiants se croisent parfois, et la formation aux métiers du web fait une large place au marketing et à la communication. Les développeurs ont d’ailleurs un profil moins technique qu’ailleurs.

L’école en quelques chiffres : Sup de web, l’école supérieure des métiers du web
- Date de création : 2012
- Recrutement : bac + entretien
- Durée des études : 3 ans (bachelor) ou 2 ans (mastère) ou 5 ans. Diplôme : non reconnu par l’Etat.
- Coût (2013) : 6200 € l’année, soit 18600 € les trois ans, ou 31000 € pour 5 ans.
- Salaires de sortie : inconnu
- Nombre d’élèves en 2013-2014 : 120
- Localisation : Paris, 16e
- Durée obligatoire des stages : 16 mois
- Nombre de partenariats à l’étranger : 0

 

A l’entrée, tous les bacs sont acceptés, et les étudiants, recrutés sur dossier. Certains se réorientent après des années de fac, d’autres, comme les développeurs, souhaitent s’ouvrir au contenu web ou au marketing. Une rentrée est prévue en mars pour les étudiants qui veulent changer de parcours sans perdre une année de formation. Après une première année généraliste en tronc commun, qui les initie à tous les métiers du web et au secteur du digital, les étudiants se spécialisent peu à peu, choisissant entre les options "développement des interfaces digitales", "création de contenus et community management" et "e-marketing, e-commerce".

"En sortant, ils pourront partir travailler pour des pure player du web, mais surtout dans les entreprises classiques qui ont besoin d’aller sur le web, et sont friandes de profils ayant appris à communiquer avec les autres métiers", espère Alexia Moity. Ces profils techniques, créatifs ou business, travailleront pour des agences web, des médias, ou des sites d’entreprises à fort contenu.

Apprendre à créer une start-up

Certains poursuivront leurs études dans les formations supérieures de l’école. L’école de communication du groupe propose depuis trois ans un "mastère 1" - l’appellation n’existe pas, elle est propre à l’école - en communication digitale. Sup de web ouvre cette année deux nouveaux "mastère 1", l’un en e-commerce, avec une trentaine d’étudiants, l’autre en startup digitale, avec une quinzaine d’étudiants, où apprendre à créer une entreprise digitale. Un "mastère 2" complètera ces formations.

L’école espère obtenir une reconnaissance de l’Etat pour sa formation en trois ans, mais elle doit attendre d’avoir diplômé trois promotions. Chaque année passée à Sup de web permet toutefois de gagner 60 crédits européens (CTS) par an. En sortant, les jeunes pourront donc poursuivre à l’université ou à l’étranger. "On ne court pas après la certification, ce qui compte pour nous, c’est la reconnaissance de la profession et l’insertion dans le monde professionnel, commente Alexia Moity. C’est ce qu’on travaille avant tout."

Cécile Maillard

Portes ouvertes samedi 30 novembre 2013 de 13 à 18 heures

PARCOURIR LE DOSSIER

L'actu des campus

Avec L’Usine Digitale, partez à la découverte des écoles du numérique

Ecoles du numérique

L’ENSEEIHT, au plus près de la recherche en informatique

Data analysis

L’Ensae forme les interprètes du big data

Ecoles du numérique

Strate, pour façonner des designers d'interaction

Ecoles du numérique

Supinfocom, une école pour un destin animé

L'Usine Campus

Supinfo, l'école d'informatique aux 35 campus

L'Usine Campus

L’Exia forme les Dr House de l'informatique

L'Usine Campus

L’IT Paris Eiffel muscle le futur management des geeks

Ecoles du numérique

L’ISEP, l'école qui fait une place aux bacs technos  

Ecoles du numérique

L’EEMI, le web version e-commerce

L'Usine Campus

Avec les Miage, l’université parie sur l’informatique adaptée aux entreprises

Ecoles du numérique

L’ESILV forme les ingénieurs qui accompagnent la transformation numérique des industries

Ecoles du numérique

L’INSA Lyon forme des ingénieurs informatique, pas des geeks

Transformation numérique

L’EMSI prépare les managers aux questions du numérique

L'Usine Campus

L’ECE pousse ses élèves à déposer des brevets ou à créer des start-up

Ecoles du numérique

CDAISI, à l'école des hackers éthiques

L'Usine Campus

Ensci-Les Ateliers, une fabrique de chefs de projets

Ecoles du numérique

L’Ensimag, les maths au service du numérique

Ecoles du numérique

L’Efrei, des ingénieurs du numérique made in France... qui parlent anglais

Ecoles du numérique

In'Tech Info, l’informatique comme on le parle en entreprise

L'Usine Campus

Simplon.co, le code pour tous

L'Usine Campus

L’Isima, l'école des pros de la réalité virtuelle

Ecoles du numérique

Telecom Paristech : les télécoms en héritage, le web en destinée

L'Usine Campus

L’EPSI, des informaticiens de plus en plus proches des ingénieurs

Transformation numérique

Gobelins forme des geeks artistiques et techniques

Ecoles du numérique

La Web school factory forme des managers du numérique

Ecoles du numérique

Télécom Bretagne, tournée vers d’autres continents

Ecoles du numérique

Hétic, cinq ans pour former des touche-à-tout du web

Transformation numérique

L’Esiee, le management technologique au service de la recherche

Ecoles du numérique

ESIEA, l’école qui implique ses anciens élèves

L'actu des campus

L’École de design Nantes : des designers sachant coder...

Ecoles du numérique

SUP’Internet, trois métiers du web à la carte

L'Usine Campus

Télécom SudParis, des ingénieurs du numérique entrepreneurs... et entrepreneuses

L'actu des campus

Epita, des ingénieurs plus codeurs que managers

Ecoles du numérique

Télécom école de management, les pros de la gestion de l'innovation numérique

Ecoles du numérique

42, l’école où c'est en codant que l'on devient codeur

Ecoles du numérique

EISTI, des cracks des maths au service de l’informatique

Ecoles du numérique

Epitech, nid de hackers

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS