Sur fond de consolidation dans le quick commerce, Getir s'empare de Gorillas

Alors que Gorillas était en difficultés financières, la start-up est rachetée par son concurrent Getir. Les acteurs du quick commerce ne détaillent pas le contenu de leur accord. Après une période faste, le secteur de la livraison rapide de courses ne trouve plus trop de financements. De nombreux licenciements ont été réalisés, mais cela ne suffit pas.

Partager
Sur fond de consolidation dans le quick commerce, Getir s'empare de Gorillas

Getir croque son rival Gorillas. La start-up turque Getir s'empare de Gorillas à l'occasion d'un accord qui valorise la start-up allemande à 1,2 milliard de dollars. Une valorisation bien moindre que celle de 2,1 milliards de dollars fixée à l'occasion de sa dernière levée de fonds fin 2021 ou que les 3 milliards de dollars en septembre 2021. Cela montre à quel point ce secteur de la livraison ultra-rapide de courses à domicile est en difficulté.

Une chute des valorisations

Les détails financiers de cet accord n'ont pas été précisés par les intéressés. Mais le nouvel ensemble serait valorisé à 10 milliards de dollars, rapporte le Financial Times, avec Gorillas comprenant 12% du total. La valorisation de Getir est donc également revue à la baisse puisque la start-up était valorisée 11,8 milliards de dollars lorsqu'elle a levé 800 millions de dollars en mars dernier.

A elles deux, ces start-up ont levé plus de 3 milliards de dollars et connu un vrai boom avec la pandémie de Covid-19. Depuis, le contexte économique est beaucoup moins favorable. Les investisseurs se détournent des start-up déficitaires et cherchent des jeunes pousses avec un business model solide qui soient rentables ou sur le point de l'être.

Le FT précise que certains investisseurs de Gorillas comme Delivery Hero, Coatue Management, Tencent et DST, seront payés près de 40 millions de dollars en cash en plus des capitaux propres de Getir. Toutefois, en raison de la baisse de la valorisation, il est probable que certains investisseurs de Gorillas se retrouvent avec peu ou pas de retour sur leur investissement.

Des suppressions d'emplois à prévoir

De nouvelles suppressions d'emplois sont à prévoir puisque les deux acteurs voient leurs activités se chevaucher dans pleins de villes que ce soit Paris, Londres ou Amsterdam. Il ne sera pas nécessaire pour le nouvel ensemble de conserver autant de dark stores, ces entrepôts positionnés au cœur des villes pour livrer le plus rapidement possible les clients. Kagan Sümer qui a cofondé Gorillas en 2020 et en a été le directeur général devrait quitter l'entreprise.

La consolidation dans le secteur du quick commerce a déjà commencé. En Europe, le nouvel ensemble voit la concurrence de l'Allemand Flink, de l'Américain Gopuff et des entreprises de livraison de repas qui proposent également des produits d'épiceries comme Deliveroo et Uber Eats. Just Eat Takeaway, de son côté, a noué un partenariat avec Getir pour l'Europe. D'autres start-up se sont déjà faites rachetées comme les françaises Cajoo et Frichti.

Les acteurs du secteur vont-ils continuer d'appâter les clients à coût d'offres promotionnelles ? Ou vont-ils rationnaliser leurs dépenses et augmenter les coûts de livraison ? Les clients seront-ils prêts à payer plus cher ? La viabilité de ce secteur est toujours en question, même si les investisseurs restent persuadés qu'une clientèle aisée est prête à payer pour se faire livrer rapidement des courses. Qu'en est-il vraiment ? Des réponses à ces questions devraient émerger dans les mois à venir, surtout que Getir chercherait à lever des fonds en début d'année prochaine, selon le FT. La start-up saura t-elle de nouveau convaincre des investisseurs ?

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS