Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Paris Retail Week] Sur la nouvelle plateforme de Merito, les retailers se partagent leurs employés

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Lancée en 2016, la start-up Merito a remporté, lundi 10 septembre 2018, le prix Rookie of the year qui récompense les jeunes pousses françaises et internationales les plus innovantes de la Paris Retail week. Sa solution ? Une plateforme de recrutement instantanée, baptisée Share, qui permet aux retailers de se partager et se recommander leurs employés pour des missions complémentaires.

Sur la nouvelle plateforme de Merito, les retailers se partagent leurs employés
Marion Nathan, co-fondatrice de Merito,la start-up a remporté le prix Rookie of the year lors de la Paris retail Week.2018 © Paris Retail Week

Lutter contre le turnover et l’absentéisme en permettant aux entreprises de recruter mieux et plus rapidement. C’est l’objectif que s’est fixé la start-up Merito, lancée en 2016 par Pierre Maury, Marion Nathan et Edouard Baudry. Dans le secteur du retail, sur lequel la jeune pousse s’est spécialisée, ce sont les qualités relationnelles qui sont recherchées. Or, celles-ci, difficiles à détecter, nécessitent de longs cycles de recrutement quand les besoins, eux, s’avèrent urgents.


Share, une plateforme de partage d'employés

Pour accélérer le processus, Merito avait déjà développé une première plateforme de recrutement instantanée permettant d’identifier rapidement, grâce à un système original de matching, les candidats dont les profils correspondent le mieux aux besoins des entreprises clientes. Sa nouvelle solution, baptisée Share, reprend le même concept avec une particularité : les candidats sont désormais des employés (en CDD, CDI temps partiel) de ces entreprises adhérentes, volontaires pour effectuer ailleurs des missions complémentaires.


"C'est une plateforme de partage d'employés qui permet à d’importants retailers comme Auchan de mutualiser son personnel en interne, entre magasins, pour pallier une absence, au lieu de recourir à des intérimaires, explique Marion Nathan. En face, les employés qui le souhaitent ont, eux, les moyens de gagner davantage”. L’échange peut se faire au sein d'une même enseigne, mais aussi entre deux enseignes différentes.

 

Des outils de matching à base de machine learning

En pratique, les employés intéressés peuvent se créer un compte gratuitement sur la plateforme de Merito et renseigner leur CV. Ensuite, lorsqu’une entreprise cliente se retrouve dans le besoin, elle lance un appel sur la plateforme. Ce sont alors les outils de matching, développés en interne et reposant sur du machine learning, qui permettent de détecter celui qui correspondra le mieux à la fiche de poste émise parmi les différents profils de volontaires pour cette mission.

 

“Si la mission est urgente, c'est le premier candidat qui répond qui est embauché. Si l’on a plus de temps, un timer se déclenche afin de laisser quelques heures aux volontaires pour s’inscrire”, précise la co-fondatrice. Une fois le délai écoulé, c’est à l’intelligence artificielle de trancher selon les paramètres renseignés par l’entreprise. “Pour certaines, je peux être prioritaire quelque soit mon ancien poste, tant que j’ai travaillé pour la même marque. D’autres enseignes privilégieront, elles, le métier…”, précise Marion Nathan. A cela s’ajoute un système de recommandation, émises par les anciens employeurs, et de parrainage entre candidats, qui permet d’affiner encore les résultats.

 

Auchan et Eram déjà séduits

Enfin, pour s’assurer que la législation soit bien respectée, “l’entreprise est garante des accords de travail. C’est elle qui autorisera ou non son employé à accepter d’autres missions pour qu’il ne dépasse pas, par exemple, le temps de travail réglementaire”, souligne Marion Nathan.


La nouvelle solution a déjà séduit Auchan et Eram. La plateforme globale, elle, compte près de 20 000 CV, et une quarantaine d’enseignes dont Petit Bateau, Auchan, Pimkie ou encore Boulanger. Sa récente levée de fonds de 700 000 euros auprès de ZTP, en septembre 2017, devrait lui permettre d’élargir encore sa base de clients.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale