Sur YouTube, String Theory veut donner le goût de la science aux jeunes

La société de production audiovisuelle Effervescence produit des formats courts sur la science pour le Web. Objectif : diffuser des contenus pour les jeunes là où ils sont, sur les réseaux. 

Partager
 Sur YouTube, String Theory veut donner le goût de la science aux jeunes
Pour apprendre les perspectives de la robotique en s'amusant, suivez les aventures du Dr Nozman.

Tout le monde le déplore, les jeunes sont de moins en moins nombreux à s’intéresser aux sciences, et, conséquemment à embrasser une carrière scientifique. Pourtant, ils sont tout aussi nombreux à passer leurs journées sur YouTube. Pourquoi, dès lors, ne pas utiliser la force du réseau pour apporter des contenus scientifiques à destination des plus jeunes.

C’est en quelque sorte l’idée qu’a eu la société de production télévisuelle Effervescence à qui l’on doit notamment l’excellent magazine Future mag diffusé sur Arte, mais aussi des jeux plus grand public comme Slam ou Tout le monde veut prendre sa place. Après la télévision, la société vient de lancer une chaîne Youtube consacré à l’univers des sciences, intitulé String Theory.

La culture Youtube et le sérieux scientifique, un hybride

Pour cela, ils ont fait appel à quatre youtubeurs qui développeront chacun leur spécialité en ligne à raison d’une vidéo par semaine dans un premier temps. Au programme, sexualité, robotique, chimie ou industrie spatiale. Des spécialités scientifiques qui ont des chances d’attirer un vaste public et surtout qui laissent espérer des partages sur les réseaux sociaux, un des atouts de ce type de programme en ligne. Florence Porcel, qui s’occupe d’espace, indique ainsi répondre aux commentaires sur sa vidéo.

Coordinateur de cette nouvelle chaîne YouTube, Cyril Pennec se félicite de la liberté offerte par le support. "Le Web est un espace de liberté pour créer des chaines sans attendre les autorisations de diffuseurs", explique-t-il. Difficile d’imaginer en effet une chaîne de télévision classique prendre le risque de diffuser ces formats courts, même avec leur format attractif.

Le ton est décontracté, la blague bienvenue et l’écriture des différents épisodes soignés, mélangeant habilement blague potache et rigueur scientifique. En effet, la forme des vidéos publiées obéissent aux standards du réseau, le fond étant garanti 100 % sérieux.

Et les soutiens du programme en ligne sont là pour y veiller, qu’il s’agisse du CNES ou de l’industriel Saint-Gobain ou encore d’Universcience.tv. "Le numérique bouscule l’audiovisuel, à nous d’accompagner les nouveaux diffuseurs qui, avec leur style, apportent de la fraicheur", explique Séverine Klein responsable de la communication numérique du CNES, rappelant qu’elle a une mission d’éducation des plus jeunes. Si certains travaillent avec des institutions, d’autres comme Germain O’Livry, surnommé Dr Nozman travaille de son côté "avec une équipe de doctorants".

La chaine a été lancée le jeudi 4 mai. Après avoir commencé avec 4 thématiques, de nouvelles collaborations sont à l’étude et du côté de la production on aimerait pouvoir proposer des vidéos en lien avec l’actualité, tout en tenant compte des contraintes.

La chaîne String Theory c’est ici

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS