Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

SXSW 2014 : la technologie du mouvement peut-elle changer le retail ?

Au festival SXSW à Austin (Texas), deux agences ont tenté de décrypter l'impact de la reconnaissance du mouvement pour les commerçants. Elles ont présenté "Beer Compass", un prototype adapté à la vente de bières intégrant ces nouvelles technologies.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

SXSW 2014 : la technologie du mouvement peut-elle changer le retail ?
SXSW 2014 : la technologie du mouvement peut-elle changer le retail ? © Beer Compass

Juuso Myllyrinne de Pilot.is, une branche de l'agence publicitaire TBWA, et Steve White, du groupe Digitail, sont persuadés que le commerce devra intégrer des technologies de pointe comme la reconnaissance du mouvement, afin de s'adapter aux nouveaux modes de consommation. Ils ont tenté de prouver leur théorie lors du festival SXSW.

Le futur du retail

De nombreuses marques et entreprises ont déjà testé des technologies innovantes dans leurs magasins, afin d'offrir de nouvelles expériences interactives à leurs clients grâce au numérique. Pourtant, Juuso Myllyrinne et Steve White estiment qu'ils peuvent aller encore plus loin, en intégrant la reconnaissance du mouvement dans leur stratégie retail.

Le temps est à l'expérimentation et aucun modèle interactif ne domine pour l'instant, assurent les deux créatifs. Un élément encourageant fait pourtant surface : le magasin n'est pas mort, car "68% des 18-25 ans préfèrent acheter vêtements et chaussures en magasin", expliquent-ils. Il s'agit de réinventer l'espace avec le mouvement. Mais comment prouver que les commerçants en retireront un bénéfice et que la technologie du mouvement n'est pas seulement un gadget ?

La technologie au service de l'expérience d'achat

Afin de tester leurs hypothèses, les deux agences ont construit ensemble le "Beer Compass" qu'ils ont testé en magasin, afin de guider les clients dans l'achat de bières. "Les considérations techniques pour construire une machine de ce genre sont nombreuses", explique Juuso Myllyrinne. S'agit-il d'une expérience passive ou active, qui intègre les retours des consommateurs ? Est-on connecté à internet ou d'autres sources de données ?

Pour tous ceux qui souhaiteraient se lancer dans cette fabrication, Juuso explique : "la technologie 2D est peu chère, mais nécessite baucoup d'utilisation logicielle. La 3D est plus gourmande en données et plus chère, mais permet de travailer avec de nombreux frameworks comme Kinect SDK, Cinder..." Les capteurs de mouvement, eux, sont accessibles, mais sont cantonnés "à la mesure d'activité passive".

Identifier le mouvement physique dans un lieu encombré

Le "Beer Compass", construit pour moins de 25 000 dollars selon les créatifs, fournit différentes types de données, à la fois actives et passives. Le prototype utilise une technologie de reconnaissance du mouvement de la main, et des capteurs sensibles à l'environnement physique, afin d'identifier l'utilisateur dans un lieu bruyant et encombré comme le magasin.

La partie logicielle a permis de prévoir tous les schémas possibles de réponse des clients afin de guider le processus d'achat. En termes de difficultés techniques, les deux créateurs admettent que "l'appareil était en surchauffe, on a rencontré des problèmes  logiciels et aussi pour utiliser le wifi des commerçants". Ils n'ont par ailleurs pas obtenu de chiffres précis de la part des commerçants en termes d'impact direct sur les ventes. Toutefois, les résultats obtenus par leurs soins indiquaient une augmentation de l'achat de bières sur la période test. Surtout "c'est un modèle qui peut évoluer à grande échelle car la solution logicielle peut être réutilisée", explique Steve White. Selon lui, toutes les grandes chaînes qui proposent plusieurs marques dans leur portfolio pourraient bénéficier de ce genre de produit.

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media