Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Syllabs lève 2 M€ pour déployer ses robots rédacteurs sur de nouveaux marchés

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Levée de fonds La start-up parisienne Syllabs veut se positionner sur un marché en pleine expansion : la rédaction automatique de contenu à partir de données. Voici comment.  

Syllabs lève 2 M€ pour déployer ses robots rédacteurs sur de nouveaux marchés
Claude de Loupy et Helena Blancafort, les fondateurs de Syllabs en 2006. © Thomas Bartel

Syllabs affiche clairement ses ambitions : devenir une référence mondiale dans le secteur de l’intelligence artificielle. Pour y parvenir, la start-up parisienne vient de lever 2 millions d’euros. Trois acteurs complémentaires participent à ce tour de table, le premier pour Syllabs : l’accélérateur et fonds brestois West Web Valley, le groupe Ouest-France et le fonds BNP Paribas développement. La répartition des fonds apportés n’est pas communiquée.

 

Depuis 2006, Syllabs s’est spécialisée, en tant que laboratoire de recherche privé, dans le traitement automatique des langues. Ses travaux de R&D conduisent la start-up à mettre au point un moteur de rédaction basé sur un algorithme qui collecte, trie et organise des données et les reformate en contenu rédactionnel ciblé.

 

Une réponse IA à des besoin de contenus

Aujourd’hui, Syllabs travaille pour différents acteurs du tourisme, du e-commerce ou de l’immobilier qui ont des besoins en contenus pour leurs sites web comme voyages-sncf.com mais aussi pour des médias français. En 2015, Le Monde a utilisé sa technologie lors des élections départementales afin de rédiger des articles locaux sur les résultats des 36 000 communes et cantons concernés par le scrutin. La start-up a également développé une solution automatique de valorisation de contenus par des liens, qu’elle commercialise à des médias comme Les Echos, Slate ou France TV.

 

Doubler les effectifs en 2018

Avec cette levée de fonds, Syllabs entend recruter pour accélérer son développement sur de nouveaux marchés et recruter. "Nous avons deux à trois ans d’avance sur la concurrence au niveau mondial et une fenêtre de tir que nous ne pouvons pas laisser passer", explique Claude de Loupy, président et co-fondateur de Syllabs avec Helena Blancafort, respectivement informaticien et linguiste de formation. D’ici à fin 2018, la startup (18 salariés) devrait regrouper 40 personnes entre Paris et Nantes, où elle doit ouvrir un bureau dans les prochains mois.

 

Favoriser les synergies

Pour atteindre ses objectifs, Syllabs entend s’appuyer sur ses nouveaux investisseurs. La structure d’incubation-accélération de BNP Paribas l’accompagne déjà depuis deux ans. "West Web Valley, en plus de son programme d’accélération, a un réseau d’affaires dynamique très intéressant pour nous", précise Claude de Loupy. Des réflexions sur des projets de collaboration sont également en cours avec Ouest-France. Le groupe de presse est intéressé par le potentiel technologique de Syllabs pour compléter ses services en local par de “l’info-data“.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale