Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Syqe medical : quand la high-tech roule pour le cannabis

Vidéo Depuis 5 ans, la start-up israélienne Syqe medical crée des inhalateurs "intelligents" pour les patients du cannabis médical. Une technologie de pointe qui permet de doser précisément les quantités requises et commence à séduire l’industrie pharmaceutique.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Syqe medical : quand la high-tech roule pour le cannabis
Syqe medical : quand la high-tech roule pour le cannabis © Syke medical

C’est dans une zone industrielle sans prétention, dans le sud de Tel-Aviv, que s’est installé Syqe medical. Intégrée à une pépinière de start-up, et collée aux bureaux de Greenpeace Israël, dans un bâtiment qui semble à peine tenir debout, cette entreprise spécialisée dans le cannabis est déjà cotée à plusieurs dizaines de millions de dollars. Une fois passée la porte, on découvre un open-space chaleureux. Sur une mezzanine, la salle de réunion qui surplombe un petit laboratoire fermé. Aux quatre coins de la salle, des imprimantes 3D, un atelier, des écrans avec des systèmes d’imagerie numérique et une belle machine à café. Une ambiance très "Palo Alto" voulue par le PDG de la compagnie, militant de la première heure du cannabis médical : "Je voulais en finir avec la mauvaise réputation de la marijuana".

 

 

 

 

Perry Davidson a créé en 2011 un inhalateur intelligent. Cinq ans plus tard, il peut se targuer d’avoir réussi à attirer dans son projet un grand nom de l’industrie pharmaceutique mondiale : l’israélien TEVA. Le laboratoire envisage de commercialiser le précieux inhalateur auprès des 26 000 patients israéliens du cannabis médical. "Quand une telle entreprise engage sa réputation, cela nous apporte une grande légitimité, aux yeux des docteurs, des patients, et des scientifiques du monde entier", se félicite Perry Davidson.

 

administrer des doses de cannabis avec précision

Sa légitimité, Syqe l’a déjà conquise auprès du ministère israélien de la santé. Ce dernier a autorisé l’usage de ces inhalateurs pour le traitement au cannabis en milieu hospitalier. La start-up effectue des tests cliniques et ajuste sa technologie aux normes pharmaceutiques au centre médical Rambam à Haïfa. Eilon Eisenberg, le directeur du département anti-douleur est très satisfait : "Le développement de cet inhalateur comble notre plus grand espoir : celui d'être en mesure d'administrer des doses précises et fiables de cannabis."

Plutôt que d'avoir recours aux bourgeons de cannabis traditionnels, l'inhalateur Syqe se sert de granules de cannabis spécialement fabriqués à cet effet. Ils sont chargés dans l'inhalateur via une cartouche (biodégradable) ronde qui les retient. Cela permet des dosages plus précis, car l'inhalateur vaporise les petits granulés à des doses qui peuvent être aussi infimes qu’1 milligramme. Grâce à une technologie de pointe, dont la chromatographie en phase gazeuse, l’inhalateur est capable de séparer des molécules d’un mélange aussi complexe que celui du cannabis. Ainsi le THC, le principe actif, qui a pour conséquence de faire "planer" les patients, peut être dosé. Un procédé qui permet d’ajuster parfaitement les soins aux besoins du patient, limitant par exemple l’effet "psychotrope". L’autre avantage de l’inhalateur est l’absence de combustion, une formule plus "médicale" et plus à même d’être conseillée par les professionnels de santé.

 

L’avenir sourit donc à Syqe medical, qui voit le marché du cannabis se développer à grande vitesse partout dans le monde. Rien qu’aux Etats-Unis, d’ici à deux ans, les perspectives du marché atteignent les 9 milliards de dollars. Même l’industrie du tabac commence à exploiter le filon puisque Philip Morris a investi l’année dernière 20 millions de dollars dans la start-up israélienne pour officiellement "limiter la dangerosité du tabac".


Présentation de l'inhalateur de cannabis Syqe medical en vidéo

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale