Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Systèmes embarqués : alliance entre Intel et TSMC

Le fondeur californien vient de signer un protocole d'accord avec TSMC (Taiwan Semiconductor Manufacturing Company). Ses processeurs basse consommation Atom vont servir de base à de nouveaux systèmes intégrés produits par le taïwanais pour les marchés de
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Systèmes embarqués : alliance entre Intel et TSMC
Systèmes embarqués : alliance entre Intel et TSMC

Référence sur le marché des netbooks ou des mini-PC, le processeur basse consommation Atom d'Intel pourrait désormais s'imposer dans de nouveaux terminaux, comme les smartphones (téléphones multimédia), les décodeurs numériques (set-top boxes) ou les modems routeurs... Le fondeur, qui se targue d'avoir jusqu'ici maîtrisé de bout en bout la conception et la fabrication de ses microprocesseurs, vient en effet de signer un protocole d'accord avec le taïwanais TSMC, premier fabricant mondial de semi-conducteurs. L'objectif : permettre à ce constructeur d'intégrer, dans des délais non communiqués, son processeur Atom dans de nouveaux systèmes SoC (System-on-Chip) « intégrant plusieurs puces sur une seule puce », explique le porte-parole français d'Intel. Les nouveaux SoC de TSMC pourraient par exemple inclure « un processeur, un accélérateur de décodage vidéo ou des composants 3G et Wi-fi », précise-t-il.

Nouveaux marchés

Concrètement, Intel - dont le processeur Atom est jusqu'ici surtout utilisé pour les ordinateurs portables - s'engage à fournir à TSMC les éléments nécessaires pour intégrer le processeur Atom à sa plate-forme technologique, y compris des éléments liés aux processus, à la propriété intellectuelle d'Intel et à sa documentation. Le groupe, actuellement confronté à une chute spectaculaire de ses bénéfices, souhaite ainsi adresser de nouveaux segments de marché, jusqu'ici dominés par des spécialistes comme ARM ou TI (Texas Instruments), qui sont eux-aussi partenaires de TSMC.

Dans le contexte actuel, entend-il aussi réduire ses coûts de production ? « En ce qui concerne l'Atom, l'externalisation doit aider Intel à produire de nouvelles puces personnalisées à la demande, signale son porte-parole. Mais Intel continuera de son côté de produire des processeurs Atom, sans développements spécifiques ». Toutefois, de nombreux analystes estiment déjà que le fondeur, qui réorganise actuellement ses usines, pourrait être tenté d'aller plus loin dans l'externalisation de sa production d'Atom, dont les ventes sont jugées moins profitables que les autres puces d'Intel (bien qu'en forte croissance au dernier trimestre).

Christophe Dutheil

A lire aussi :
Microprocesseurs : Intel confronté à une chute de 90% de ses profits

Internet mobile : Intel croit toujours au Wimax

Netbooks : une offre abondante et homogène