Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Télémédecine : Biloba lève 1,2 million d'euros pour accélérer le déploiement de sa messagerie pédiatrique

Levée de fonds Biloba lève 1,2 million d'euros pour s'exporter à l'international. La jeune pousse française propose une application de messagerie pédiatrique qui met en relation des jeunes parents avec des professionnels de santé. La souscription se fait via un abonnement qui offre des consultations médicales en illimité, mais qui ne sont pas prises en charge par l'Assurance maladie.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Télémédecine : Biloba lève 1,2 million d'euros pour accélérer le déploiement de sa messagerie pédiatrique
Télémédecine : Biloba lève 1,2 million d'euros pour accélérer le déploiement de sa messagerie pédiatrique © Charles Deluvio - Unsplash

La start-up Biloba, spécialisée dans le chat médical, annonce le 21 juillet avoir levé 1,2 million d'euros. Le tour de table a été mené par des fonds internationaux tels que Calm/Storm Ventures, Inventures, Tiny VC, Id4 Ventures, les fondateurs d’Algolia, Lifen et Triplebyte, d’anciens cadres de Microsoft, des investisseurs historiques de Calm, mais aussi Roxanne Varza (Station F) et Olivier Bronner.

"Nous ne cherchons pas à recruter", annonce d'emblée Benjamin Hardy, CEO de Biloba, contacté par L'Usine Digitale. Cet argent frais doit permettre à la jeune pousse, qui compte trois personnes en freelance, de grossir en lançant son outil de chat pédiatrique au-delà des frontières françaises. "Fin 2021, nous espérons être présents dans 10 pays", poursuit-il. A date, 15 000 téléconsultations se sont déroulées via l'outil de Biloba disponible sur l'App Store, et sous Android depuis peu.

Répondre aux inquiétudes des jeunes parents
Lancée en avril 2020, la messagerie de Biloba s'adresse aux jeunes parents souvent inquiétés par les divers problèmes de santé que peuvent rencontrer leurs bambins. "Ce sont surtout des parents d'enfants de 0 à 18 mois", précise Benjamin Hardy. Le fonctionnement de l'application est très simple. Il suffit d'envoyer un message sur le chat, accompagné selon la situation d'une photo ou d'une vidéo, et l'un des 10 médecins, pédiatres et infirmiers que composent le vivier de professionnels de santé répond à la sollicitation.
 


"La prise en charge se fait en fonction de la capacité. Si c'est une question plutôt de bien-être ou de parentalité, comme un problème lié à l'allaitement, c'est plutôt une infirmière qui va le prendre en charge. Si c'est un souci purement médical, c'est un médecin qui s'en chargera", explique l'ingénieur diplômé d'Epitech.

Cela signifie également que les utilisateurs peuvent échanger avec des professionnels de santé différents pour un même problème en fonction de leur disponibilité. "Ce n'est pas un souci car l'application compile les informations de chaque patient dans un compte-rendu accessible par tous les soignants", précise-t-il. 

Biloba n'est pas une application de téléconsultation
Benjamin Hardy ne veut absolument pas que son outil soit assimilé aux applications de téléconsultation classiques, comme Qare, MesDocteurs… qui mettent en relation des patients avec des médecins via un outil de visioconférence. Biloba n'est en effet pas remboursé par l'Assurance maladie mais pour son CEO, l'application propose "une vraie consultation médicale disponible 7 jours sur 7 et de 8h à 22h même les jours fériés". Par ailleurs, Biloba n'est pas "un outil destiné aux médecins pour la prise en charge de leur patientèle", note Benjamin Hardy. Car les personnes prises en charge sur Biloba ne font pas parties de la patientèle des professionnels de santé.

La messagerie pédiatrique s'adresse aux parents actifs qui n'ont pas forcément le temps de faire une téléconsultation classique qui nécessite un environnement assez calme. "Nous ne cherchons pas à remplacer la consultation dans un cabinet. Nous ramenons un service complémentaire dans d'autres moments que les gens payent d'eux-mêmes. Les questions peuvent être : est-ce que je dois aller chez le médecin demain matin ? Est-ce que vous pensez que je dois prendre ma journée de demain ?…", explique le CEO. Bien évidemment, les professionnels de santé ne prennent aucun risque et au moindre doute, conseillent aux parents d'aller consulter aux urgences par principe de précaution.

Des consultations en illimité
Biloba propose un abonnement mensuel de 5,99 euros ou 34,99 euros par an. Chaque abonnement possède une période d'essai gratuite, respectivement de 3 et 7 jours. Cette souscription offre un accès illimité au chat médical. Les utilisateurs peuvent autant que nécessaire consulter un professionnel de santé. "Nous sommes les premiers à proposer des consultations médicales en illimité par abonnement", se félicite Benjamin Hardy. De leur côté, les professionnels de santé sont rémunérés 20 euros l'heure pour une infirmière et 40 euros pour un médecin.

De par son jeune âge, Biloba n'est pas complet. Les médecins ne peuvent pas encore faire de prescription, contrairement à la téléconsultation classique. "C'est légalement possible mais nous ne le faisons pas encore. Nous y travaillons", affirme Benjamin Hardy. Et ce n'est pas le seul sujet sur lequel planche Biloba. Même si ce n'est pas pour tout de suite, le CEO espère que Biloba pourra prendre en charge des patients au-delà de la pédiatrie. "Pourquoi pas s'adresser aux jeunes adultes ?", confie-t-il. Par ailleurs, le CEO réfléchit à la mise en place de partenariats avec des maternités privées. "C'est ce qu'on appelle de l'orientation, c'est-à-dire proposer aux utilisateurs d'aller dans tel centre médical pour poursuivre la consultation en présentiel."

Les données sont hébergées chez Google
Concernant le sujet sensible de la protection des données de santé, Biloba a choisi le service de cloud computing de Google, soit un acteur américain. Pourquoi ne pas avoir choisi un provider français comme OVH ou 3DS Outscale ? "Ils sont tous certifiés hébergeur de données de santé, indique Benjamin Hardy. Si nous avons choisi Google, ce sont pour des raisons techniques : cette plateforme propose les meilleurs outils pour l'hébergement d'applications mobiles."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media