Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Tendances retail 2020 : vision par ordinateur, déploiement à grande échelle et incursion dans la santé

Décryptage Pas d’innovation de rupture, des déploiements à grande échelle – notamment en matière de vision par ordinateur et d’automatisation – et des tendances à confirmer, en particulier dans le secteur très convoité de la santé. Ce sont les principaux enseignements de l’édition 2020 du salon NRF, qui s'est tenue en janvier à New York City. Décryptage à froid avec Guillaume Rio, Technology Trends Manager à l'Echangeur BNP Paribas Personal Finance.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Tendances retail 2020 : vision par ordinateur, déploiement à grande échelle et incursion dans la santé
Tendances retail 2020 : vision par ordinateur, déploiement à grande échelle et incursion dans la santé © L'Usine Digitale

Un mois après le salon NRF 2020, l’événement new-yorkais où l’on prend le pouls des tendances du retail, l’heure est au bilan. S’il est difficile d’être exhaustif – tant la grand-messe du commerce est dense et rythmée – L’Usine Digitale a souhaité se pencher sur les grands courants de cette édition 2020. Quelles sont les tendances qui devraient marquer les prochains mois, mais aussi les années à venir ? Nous avons pour cela interrogé Guillaume Rio, Technology Trends Manager à l’Echangeur BNP Paribas Personal Finance, dont c’était la 10e participation à l'événement.

 

1) Pas de rupture technologique… mais une confirmation

Cette édition 2020 n’a pas été marquée par une annonce notable en matière d’innovation digitale. Pour autant, la NRF a été le lieu d'une nouvelle tendance qui semble pérenne. "On observe désormais l’intégration des différentes technologies sous forme de plates-formes, explique Guillaume Rio. La vision par ordinateur, la reconnaissance d’images, l’automatisation, le paiement… Ces technos étaient intégrées cette année dans des stands comme ceux de Zebra Tehnologies, Mahanttan Associates avec leur magasins automatisés, ainsi que Panasonic, Microsoft et AWS qui ont un cran d’avance dans la 'platform as a service’ à l’image du cloud intégré par de nombreux grands groupes".

 

Autre exemple illustrant cette dimension, la reproduction du magasin connecté FamilyMart. Dans ce concept, inauguré au printemps 2019 au Japon, tout est entièrement automatisé : de la disponibilité d’une place de parking à l’identification du client (via la reconnaissance faciale) et à sa localisation (via ses données de géolocalisation) en passant par l’assortiment du magasin en fonction des données d’achat. "C’est un magasin qui intègre toutes les technologies actuelles en une seule et même place", résumé Guillaume Rio. La multiplication de ces plates-formes API intégrant l’ensemble des dernières innovations au fil de l’eau en un seul point de contrôle "évite au retailler de multiplier les briques d’intégration IT", poursuit-il.

 

2) La vision par ordinateur a (enfin) trouvé son cas d’usage

Parmi les technologies très présentes et au cœur de nombreuses démonstrations, la désormais  incontournable vision par ordinateur. "Ce n’est pas nouveau, mais elle n’est plus cantonnée à la surveillance et à la sécurité comme c’était le cas il y a quelques années", poursuit Guillaume Rio. A présent, c’est l’analyse des flux (des objets et des personnes) qui intéressent les retailers. Désormais implémentée dans les softwares, "elle est partout, y compris chez les gros acteurs comme Microsoft ou Intel".

 

Parmi les nombreuses solutions positionnées sur le sujet, le japonais (confirmé) Denso et la start-up israélienne Vayyar, qui analyse le point de vente pour l’inventaire et les flux clients par ondes radio. En Suède, la start-up Ultinous propose une plate-forme logicielle enrichies de différentes fonctionnalités d'analyse vidéo évolutives basées sur l’intelligence artificielle. Autre tendance, la capture des émotions, au cœur des solutions de la jaune pousse israélienne Binah.ai.

 

3) Les prototypes de magasins automatisés se multiplient

Conséquence directe ou presque : le magasin se transforme et les caisses disparaissent. Amazon Go, mais aussi et surtout les magasins automatisés qui se développent en Chine, inspirent un certain nombre de concepts qui suppriment le passage en caisse. "Intel a recréé un mini magasin autonome en mettant en avant la start-up chinoise Cloudpick, dans laquelle elle investit, et qui été déjà présente à VivaTech et au CES Asia 2019", précise Guillaume Rio. Les solutions de Cloudpick sont notamment derrière les concepts autonomes Emart24 Store, NTT store, JD.com. 

 

Cette tendance se confirme cette année également avec la multiplication de solutions d’encaissement mobile ou de scan and go et l’explosion du nombre d’acteurs se positionnant sur les technologies de reconnaissance faciale appliquées à ce cas d’usage. Identification et/ou paiement, elles misent beaucoup sur les retailers pour passer l’épreuve du POC et se développer à la mesure des réseaux physiques. La start-up américaine Preciate propose ainsi une solution de reconnaissance faciale pour optimiser le parcours client omnicanal. A noter que cette année, "beaucoup de sociétés affichent leur conformité RGPD parce qu’il y a beaucoup d’entreprises européennes qui viennent à la NRF", note Guillaume Rio. 

 

4) Un déploiement des technologies robotiques à l’échelle

Aux Etats-Unis, l’automatisation est en phase industrielle. C’est en tout cas un sujet actuel pour Walmart, qui a annoncé le déploiement des robots de Bossa Nova Technologies d’ici à l’été prochain. En France, Intermarché et Système U ont adopté la solution de Belive.ai, qui permet d’analyser en temps réel les rayons des commerces et de remonter de façon automatisée les anomalies, comme les ruptures. "Beaucoup ont dépassé le stade expérimental, confirme Guillaume Rio. Nous sommes entrés dans une phase de développement de l’automatisation". Même constat en entrepôt, avec des acteurs comme Locus,  Tompkins Robotics et Casi qui travaillent avec de grands retailers américains. En France, l’arrivée d’Ocado au printemps devrait permettre à Monoprix d’accélérer sur le sujet.

 

Très présentes au sein de l’Innovation Lab, ces solutions "ont désormais de solides références", poursuit Guillaume Rio. Moins d’innovations gadget et plus de sélection, avec également une bonne exposition des des start-up françaises comme Heuritech, spécialisée dans l’analyse d’images et de vidéos sur les réseaux sociaux, et qui a convaincu, entre autres, Louis Vuitton, Dior, Adidas ou encore Jennyfer. D’autres solutions, comme Rapid Tag (une solution d’antivol lié au smartphone via Bluetooth), commercialisée en marque blanche, Gather, Pensa (drones d’inventaires) ou encore le très solide Badger Technologies exposaient cette année.

 

5) Les GAFAM sont tout-puissant… et ils s’intéressent à d’autres chose que le retail

C’est l’un des autres changements notables de cette édition 2020. "Jusqu’à récemment, Amazon Web Service disposait d’un stand assez minimaliste", poursuit Guillaume Rio. Désormais, AWS, sponsor de la NRF, est présent partout. Mais outre cette visibilité symbolique, Amazon veut affirmer son positionnement non pas comme concurrent, mais bien comme partenaire indispensable des commerçants. "Amazon montre désormais son back office et ses fonctionnalités aux retailers, y compris Amazon Go", explique l’expert. Du côté de Google, c’était au travers un stand doté d’un corner Carrefour que les deux partenaires affichent leur collaboration. Pour Guillaume Rio, "le message des Gafam est très clair : nous sommes bien là, et nous sommes là pour vous aider".

 

Dernière tendance qui dépasse l’approche sectorielle, l’intérêt grandissant des géants de la tech pour le secteur de la santé. Un phénomène qui va tendre vers "une galaxie de services, comme cela se passe en Chine", analyse Guillaume Rio. Point de départ, les objets connectés dédiés à la santé, secteur sur lequel se positionnent Amazon et Google, mais aussi la domotique, créneau qui inspire Samsung, Panasonic et LG depuis de nombreuses années. "On attend un effet de masse, un peu comme celui attendu avec les assistants vocaux", conclut Guillaume Rio.

 

Vente de médicaments, service de téléconsultation, données de santé et un jour, analyse de la voix pour détecter la maladie et propose un traitement adéquat… la santé connectée offre de belles perspectives à ces acteurs. D’ailleurs, des retailers comme Walmart suivent ça de très près en ouvrant des centres de santé. Un phénomène prendra d’autant plus d’ampleur dans les pays où les systèmes de santé sont lacunaires.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media