Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Tesla intimé de partager les données d'Autopilot avec le régulateur américain de la sécurité routière

Vu ailleurs Sous peine d'une amende de 115 millions de dollars, Tesla a jusqu'au 22 octobre pour fournir des données sur Autopilot à la National Highway Traffic Safety Administration. L'autorité américaine enquête actuellement sur 11 accidents impliquant le système d'aide à la conduite du constructeur. Le coeur du litige se situe sur les garanties mises en place pour s'assurer que les conducteurs sont attentifs à la route lorsque le pilote automatique est activé.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Tesla intimé de partager les données d'Autopilot avec le régulateur américain de la sécurité routière
Tesla intimé de partager les données d'Autopilot avec le régulateur américain de la sécurité routière © David von Diemar/Unsplash

La National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), l'agence fédérale américaine en charge de la sécurité routière rattachée au ministère des transports, a ordonné à Tesla de lui fournir les données détaillées d'Autopilot, son système d'aide à la conduite, rapporte le New York Times le 2 septembre. Si le constructeur ne se plie pas à cette injonction d'ici le 22 octobre, il risque une amende de 115 millions de dollars.

Un contrôle assez strict ?
La NHTSA souhaite savoir comment Tesla garantit que les conducteurs gardent les yeux sur la route lorsque le pilote automatique est activé et s'il existe des limites à ce système. En effet, les autorités américaines reprochent depuis longtemps à l'entreprise de ne pas avoir suffisamment mis de garanties en place pour s'assurer que l'opérateur humain garde bien les mains sur le volant afin de pouvoir reprendre le contrôle sur le véhicule à tout moment. 

En mai dernier, Tesla a finalement décidé de renforcer ce suivi en utilisant une caméra intérieure, située sur le rétroviseur, pour s'assurer que les conducteurs sont attentifs à la route et en capacité de reprendre le contrôle du véhicule. Ce contrôle est effectif sur les nouveaux propriétaires des Model 3 et Model Y. Auparavant, le constructeur utilisait uniquement des capteurs situés sur le volant et mesurant la pression.

L'autorité américaine souhaite également obtenir des informations sur le nombre de véhicules vendus aux Etats-Unis ainsi que le nombre de procédures passées ou en cours liées à Autopilot. L'ensemble de ces informations va venir alimenter une enquête ouverte en août dernier par la NHTSA à la suite d'une série de 11 accidents faisant 17 blessés et un mort. Un douzième accident est venu rallonger la liste. Il y a quelques jours, une voiture Tesla a percuté un véhicule de police sur une autoroute de Floride. 

Une communication trop ambitieuse ?
Malgré ces nombreux accidents, Tesla continue de présenter Autopilot comme étant capable ou très prochainement capable de conduire seul. Or, cet écart entre le marketing et la réalité a provoqué des conflits en interne. Début mai dernier, un document, retraçant des compte-rendus de réunion et des échanges, a fuité dans la presse. Le Department of Motor Vehicles (DMV) de Californie ainsi que certains des employés de l'entreprise doutent très fortement de la capacité d'Autopilot à atteindre le niveau 5 SAE (automatisation complète) d'ici la fin de l'année. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.