Tesla veut tester des flottes de camions autonomes au Nevada et en Californie

Tesla devrait dévoiler son camion électrique le mois prochain. Electrique... mais pas que. Reuters a découvert que Tesla voulait y intégrer une technologie de conduite autonome pour leur permettre de naviguer sous forme de convoi. Une stratégie qui place l'entreprise en concurrence directe avec Waymo et Uber.

Partager
Tesla veut tester des flottes de camions autonomes au Nevada et en Californie
Teaser du camion électrique de Tesla.

Ce n'est pas un secret, Tesla ne s'intéresse pas qu'aux voitures. Le CEO de l'entreprise, Elon Musk, avait déjà déclaré s'intéresser aux bus et camions l'année dernière. Le semi-remorque est censé être dévoilé au public en septembre. Mais les projets de l'entreprise sont plus ambitieux qu'elle ne l'avait laissé entendre jusqu'ici. Une enquête de Reuters, datée du 9 août, révèle que Tesla ne se limitera pas à créer des camions électriques, mais souhaite aussi qu'ils soient autonomes et puissent naviguer sous forme de convoi (tous les véhicules suivant le camion de tête).

Vers une guerre du camion autonome

Avec cette révélation, Tesla se positionne en concurrence frontale avec Waymo (entreprise du groupe Alphabet) et Uber (depuis son rachat d'Otto), qui développent toutes les deux un poids lourd autonome et sont en procès l'une contre l'autre. D'autres entreprises, comme la start-up Peloton Technology, travaillent directement avec les constructeurs (en l'occurrence Volvo Trucks).

Tesla veut faire ses essais sur route au Nevada et en Californie

L'information provient d'un échange entre l'entreprise et le département en charge des véhicules motorisés du Nevada (Nevada Department of Motor Vehicles). Tesla souhaiterait tester deux prototypes sur route dans cet Etat. L'entreprise serait également en discussion avec l'Etat de Californie concernant ce même projet. Elle souhaiterait pouvoir tester la traversée de ses camions d'un Etat à l'autre. Elle n'aurait pour le moment pas obtenu de permis, toujours d'après Reuters.

Des doutes sur la viabilité d'un semi-remorque électrique

A noter que le concept de semi-remorques électriques ne convainc pas encore l'ensemble de l'industrie. La taille des batteries nécessaires est jugée par beaucoup comme étant encore trop importante pour présenter un véritable intérêt (la batterie diminuant le volume de marchandises pouvant être transportées). Tesla compte sans doute innover sur ce point pour se démarquer. Quant à l'automatisation du transport routier, elle présente des défis en matière d'impact social. 1,8 million de personnes travaillaient en tant que chauffeur routier aux Etats-Unis en 2006. Un impact qui ne donne visiblement pas de scrupules à Elon Musk, pourtant très loquace sur les dangers potentiels de l'intelligence artificielle.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS