Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Thales avance sur les systèmes ferroviaires autonomes

Thales réalise des essais au Canada sur un train équipé de capteurs dont l'objectif est d'avoir une meilleure perception de l'environnement et de détecter d'éventuels obstacles. En parallèle, Thales conduit également des essais en France dans le cadre d'un projet mené par la SNCF. L'opérateur ferroviaire ambitionne de mettre des TER autonomes en circulation à partir de 2025.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Thales avance sur les systèmes ferroviaires autonomes
Thales avance sur les systèmes ferroviaires autonomes © Thales

Thales avance dans les solutions d'automatisation des trains. L'entreprise a annoncé le 29 septembre 2021 avoir réalisé avec succès de premiers essais dans le cadre d'un programme mené au Canada. Le programme WinterTech, qui a le soutien du gouvernement de l'Ontario, est mené en partenariat avec Invision AI et Metrolinx. L'objectif : mettre au point des technologies autonomes avancées pour les systèmes ferroviaires. L'idée est d'avoir une meilleure connaissance de la situation des trains et d'améliorer la sécurité, quelles que soient les conditions météorologiques.

Détecter les obstacles
Un train Metrolinx Go est équipé du système mis au point par les partenaires, qui comprend divers capteurs comme des radars, des caméras et des Lidars ainsi qu'un système de communication 4G/LTE sécurisé. Il circule sur plusieurs lignes afin de collecter des données en temps réel depuis janvier. Ces données sont utilisées pour entraîner le système à reconnaître les obstacles et autres dangers rencontrés et à les suivre, même dans des conditions météorologiques dégradées.

Le système peut également être associé à des dispositifs de surveillance intelligents aux passages à niveau et aux gares, ce qui permet au train d'avoir des informations au-delà de sa visibilité directe. A la clé : amélioration de la maintenance et de l'exploitation, réduction des retards, renforcement de la sécurité. En raison de l'encombrement minimal de l'équipement, Thales promet un temps d'installation rapide.

La SNCF n'est pas en reste
Le programme WinterTech est loin d'être le seul projet de train autonome sur lequel planche Thales. L'entreprise française fait également partie d'un consortium de la SNCF pour mettre au point un prototype de train TER autonome. La SNCF a présenté en grande pompe son plan d'action pour le train autonome en septembre 2018. Le but est de mettre sur les rails des TER autonomes à partir de 2025. Un projet sur lequel sont également présents Alstom, Bosch, Spirops et l’Institut de Recherche Technologique Railenium.
 


La rame TER Regio 2N équipée de capteurs.


Une rame TER Regio 2N a été modifiée et équipée de capteurs, caméras, radars et lidars afin de récolter les données indispensables au projet de train autonome. Des essais ont été mené sur des voies commerciales – entre Aulnoye et Busigny (59) et entre Busigny et Calais (62) – pendant une semaine début mars 2021. Le but étant de tester les systèmes de perception et de reconnaissance des signaux situés le long de la voie ainsi que le dispositif de géolocalisation. Les capteurs équipant la rame fonctionnaient mais n'étaient pas utilisés dans le cadre du fonctionnement du train.
 


Vers une semi-autonomie
Puis, des tests ont eu lieu en centre d'essai ferroviaire pour automatiser l’accélération et le freinage avant la seconde phase d'essais débutée en mai. Cette seconde phase vise à tester la semi-autonomie : l'automatisation de l'accélération et du freinage du train sous la supervision d'un conducteur. Ces essais sont menés sur le réseau ferré national à Busigny pendant les vacances scolaires. Des tests sont également menés en laboratoire via des simulations.

En dehors de ces périodes, cette rame Regio 2N est en circulation commerciale classique et transporte des voyageurs. Cela permet aux partenaires d'enregistrer des données dans le but d'améliorer les algorithmes de reconnaissance des signaux (anticiper la couleur des feux de signalisation, meilleure connaissance de l'environnement, etc.). En parallèle, un second consortium mené par la SNCF et auquel participent Alstom, Altran, Ansaldo et Apsys vise à mettre au point un prototype de train de Fret autonome.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.