Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Thales et CS Group décrochent un contrat anti-drone auprès du gouvernement

Thales et CS Group sont aux commandes d'un consortium qui fournira un système anti-drone au gouvernement français. Les premiers dispositifs doivent être livrés début 2023 et seront notamment utilisés à l'occasion de la coupe du monde de Rugby 2023 et des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Thales et CS Group décrochent un contrat anti-drone auprès du gouvernement
Thales et CS Group décrochent un contrat anti-drone auprès du gouvernement © Benoît Crépin

Thales et CS Group ont décroché le contrat anti-drone Parade (Protection déployAble modulaiRe Anti-DronEs). Cette annonce de la Direction générale de l'armement (DGA) survient le 29 avril 2022 à l'issu d'un appel à la concurrence européen publié en mai 2021. Thales et CS Group doivent livrer six premiers systèmes début 2023 et jusqu'à plusieurs dizaines de systèmes ultérieurement. Ce contrat de 350 millions d'euros s'étend sur une durée de onze ans.

"La Lutte anti-drone est un segment fondamental de l'évolution des Armées françaises, affirme Florence Parly, ministre des Armées, dans un communiqué. Nous montons en puissance dans ce domaine crucial."
 

Radar, goniomètre et optronique

Chaque système anti-drone est composé de radar (classifie les objets volants et au sol), de goniomètre (capte le signal émis par le drone, l'identifie et localise le pilote) et d'optronique (confirmation visuelle et poursuite de l'objet). Un système de commande et de contrôle recoupe l'ensemble des données collectées pour résumer la situation à l'opérateur. Un seul opérateur est nécessaire pour contrôler le système et il est guidé dans sa décision par un dispositif d'intelligence artificielle.

La neutralisation se fait par brouillage, que les drones soient ou non émetteurs d'ondes électromagnétiques. D'autres solutions comme l'envoie d'un filet ou l'utilisation d'un laser pourront éventuellement être proposées. L'objectif est de neutraliser les drones et mini-drones sur une zone précise. Ces systèmes anti-drone sont modulaires et évolutifs, ils fonctionnent de jour comme de nuit et peuvent facilement être déplacés d'un site à l'autre.

"Le système Parade vise à détecter, classifier et neutraliser de manière sécurisée des micro et mini-drones et à assurer la protection des personnes, des biens et des activités sur et hors du territoire national", résume Thierry Bon, en charge de la lutte antidrone chez Thales, dans une présentation sur le site de l'entreprise. Le but de la DGA est de protéger à la fois site sensibles, comme des sites militaires en France ou sur des théâtres d'opérations extérieures, et les grands événements.

Coupe du monde de rugby et JO

Pendant la durée de ce contrat, Thales et CS s'engagent à maintenir en condition opérationnelle ces systèmes. Le contrat Parade prévoit également "de faire face à l'évolution rapide de la menace drone dans une logique incrémentale d'intégration d'innovations et d’adaptation à des contraintes nouvelles." Ont également travaillé sur ce système Parade la start-up CerbAir, Exavision, MC2 Technologies et le néerlandais Robin.

Les premiers systèmes doivent être mis à disposition à l'occasion de la coupe du monde de Rugby en 2023 puis les Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.