Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Theodora, un quartier intelligent à Marseille pour 2023

Kevin Polizzi, fondateur de Jaguar Network, va mobiliser la foncière dont il est actionnaire pour créer le campus Theodora, dans les quartiers nord de Marseille. Ce quartier intelligent aura pour objectif de former et recruter les talents dont le numérique aura besoin à l’horizon 2030.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Theodora, un quartier intelligent à Marseille pour 2023
Theodora, un quartier intelligent à Marseille pour 2023 © Carta Associés

Marseille ne dispose pas d'un vivier de compétences suffisant pour approvisionner les entreprises numériques qui ont besoin de recruter pour croître ? Qu'à cela ne tienne, Kevin Polizzi décide de prendre les choses en mains à travers la foncière Jaguar, dont il est l’actionnaire unique.

 

L'homme d'affaires est à l’origine de la création à Marseille en 2001 de Jaguar Network, un opérateur télécoms souverain et fournisseur de solutions cloud et IoT pour les entreprises, dont Iliad a pris 75% des parts en 2019. Son nouveau projet, annoncé le 5 mars 2019, est un programme immobilier de plusieurs bâtiments sur 25 000 m² (+ 2 000 en optionnel) dans les quartiers nord de Marseille. Un investissement qu’il estime à 100 millions d’euros, financés avec des partenaires bancaires dont le CIC.

 

"Theodora", c’est son nom, abritera des formations pour générer, dit-il, des "salariés pragmatiques augmentés". Augmentés de quelle manière ? En mettant l’intelligence artificielle au service de leur qualification, notamment dans la relation client, le conseil ou la fibre optique… "Nous ne doublonnerons pas avec ce qui existe déjà sur le territoire, par exemple sur les développeurs. Nous avons annoncé en septembre 2019 un plan d’embauches de 1 000 personnes. Jaguar Network pourra puiser dans ces compétences, tout comme d’autres entreprises en quête de profils motivés et qualifiés. Si une personne a des carences, par exemple en orthographe, l’IA peut contribuer à les rendre 'transparentes' pour les clients. Elle peut aussi lever plein d’autres freins, puisque 80% des emplois numériques n’exigent pas de détenir un bac +5. Les formations combineront e-learning et travaux pratique. Pour y entrer, l’envie de travailler sera le critère clé. La certification professionnelle en poche doit être le socle d’un parcours de reconnaissance du mérite."

 

Nouvelles pratiques

Theodora s’inspirera du "smart building" de Jaguar Network, Quanta, inauguré l’an dernier à Marseille. Agrémenté d’un jardin intérieur, traversé par le ruisseau des Aygalades, le projet a été dessiné par les cabinets d’architectes Carta Associés à Marseille et VLEG à Martigues. Les terrains d’une superficie d’environ 2 hectares, affectés jusque-là à la logistique, entrent dans le portefeuille de la foncière en 2020. Les études et procédures s’enchaîneront dans la foulée pour un début de chantier envisagé en 2021 et une livraison en 2023. Le site éco-conçu abritera un laboratoire de recherche et innovation, un "business center", un show-room d’innovations, un centre de relation client où pourraient travailler à terme 600 personnes, mais aussi des espaces de restauration, coworking, et une salle de sport connectée...

 

Un autre objectif du projet est d’atténuer les problématiques de mobilité sur la ville, souvent cause de refus d’emploi. "Theodora sera proche des transports en commun et du nouveau quartier d’habitations 'Les fabriques', lancé dans le cadre du projet de restructuration urbaine Euroméditerranée. L’entreprise doit se rapprocher des lieux d’habitation pour rester un espace d’intelligence collective plutôt que de tomber dans le piège du télétravail qui permet d’être productif en s’isolant. Elle doit imaginer les moyens et infrastructures qui leur permettent de rester investis. Nous déploierons 'Star Fleet', une flotte de véhicules électriques qui aidera aux déplacements des collaborateurs, en prenant en compte leur équilibre de vie privée et professionnelle, tout en neutralisant les coûts de mobilité ou les temps morts." Au fil des prochains mois, Kevin Polizzi dévoilera progressivement les particularités technologiques de Theodora. Il annonce vouloir décliner l’initiative à Aix-en-Provence, Istres et Aubagne, pour une cinquantaine de millions d’euros supplémentaires.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media