Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Thomson Video Networks en passe de s’adosser à l’américain Harmonic

Le français Thomson Video Networks accepte l’offre de rachat de l’américain Harmonic. De quoi créer une force de R&D de 600 personnes dans les technologies de compression vidéo.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Thomson Video Networks en passe de s’adosser à l’américain Harmonic
Thomson Video Networks en passe de s’adosser à l’américain Harmonic © Thomson video networks
Encore une pépite française prête à convoler avec un groupe américain. Thomson Video Networks a accepté l’offre de rachat de Harmonic pour 75 millions de dollars. L’opération pourrait être finalisée au premier trimestre 2016.
 
Essaimage de Technicolor
 
Créée en 2011 par essaimage de Technicolor, Thomson Video Networks développe des solutions de compression vidéo utilisées par les opérateurs télécoms, diffuseurs vidéo et fournisseurs de contenu pour la réduction de la bande passante nécessaire à la transmission et la diffusion de vidéo. La société, basée à Rennes, emploie 400 personnes, dont 200 en R&D sur le campus technologique de Cesson-Sévigné, près de la capitale bretonne, et affiche un chiffre d’affaires de 71 millions d’euros en 2014, dont 90% à l‘export. Elle compte 800 clients principalement en Europe, Afrique, Asie et Amérique latine. Le rapprochement avec Harmonic lui ouvre les portes du marché nord américain et un portefeuille de 5 000 clients.
 
Opportunité de développement en Amérique du Nord
 
Harmonic "représente une opportunité unique d’accélérer notre croissance, puisqu’il nous permettrait d’atteindre une taille critique et de disposer des ressources nécessaires pour renforcer nos capacité d’innovation et de création de valeur pour nos clients », déclare Christophe Delahousse, président de la société, dans un communiqué de presse. Pour Harmonic, présent aujourd’hui essentiellement en Amérique du Nord, c’est l’opportunité de renforcer sa présence en Europe et d’accéder à un savoir-faire d’excellence dans la compression d’image qui trouve ses racines au sein de l’ex-Thomson.
 
Virage vers le cloud
 
Le futur ensemble disposerait d’une capacité de R&D de 600 personnes. De quoi lui donner les moyens d’accélérer le développement des nouvelles générations de technologies de compression vidéo et de prendre le virage de la vente de ses solutions dans le cloud.
 
Selon Frost & Sullivan, le marché mondial des solutions de compression vidéo, dominé aujourd’hui par Cisco, Ericsson et Harmonic, devrait croitre en moyenne de 11,5% par an pour atteindre 1,4 milliard de dollars à l’horizon 2018.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale