Top départ pour le volet numérique du Conseil national de la refondation

C’est au tour du numérique de lancer son propre Conseil national de la refondation, cet exercice de concertation à la fois national et local qui devrait aboutir sur plusieurs plans d’action destinés à améliorer l’inclusion dans l’espace numérique, la lutte contre les violences en ligne et la transition numérique dans le quotidien au travail.

Partager
Top départ pour le volet numérique du Conseil national de la refondation

C’est un nouveau grand chapitre de concertation qui s’ouvre. Le ministre délégué au Numérique, Jean-Noël Barrot, a réuni autour de la table experts de la tech, acteurs du privé et de la société civile pour lancer les travaux du volet “numérique” du Conseil national de la refondation (CNR) — cet exercice démocratique initié par Emmanuel Macron début septembre et censé prendre le relai du “grand débat national”.

Nous sommes assis sur une mine de compétences, d’analyse et d’expériences […] totalement inexploitée”, a déclaré François Bayrou, qui assistait également à l’événement en sa qualité de secrétaire général du CNR.

Après la santé, le climat et la biodiversité et le service public, c’est autour du numérique de lancer son propre chantier. “Nous avons besoin de relever un certain nombre de défis, de nous réapproprier les chemins d’une acceptabilité des grandes transitions que nous subissons depuis quelques années”, a expliqué Jean-Noël Barrot, constatant une “forme de désenchantement” face aux promesses portées par la révolution numérique. Pour le ministre, le CNR devrait permettre de “passer de la logique du dire”, celle du temps du “grand débat”, à la “logique du faire”.

Trois axes de travail

Les travaux du CNR “numérique” se concentreront ainsi sur trois axes : l’inclusion et l’accès à l’espace numérique, la lutte contre les formes de violences en ligne et la transformation numérique dans le monde du travail. Plusieurs plans d’action devraient par la suite voir le jour, établis en “co-responsabilité” à partir des conclusions de groupes de travail au niveau national, de débats organisés dans les territoires et d’une consultation publique en ligne.

La première feuille de route dédiée à l’inclusion et à l’accessibilité dans les territoires est attendue dès la fin du moins de janvier, alors que ce groupe de travail est déjà sur pied, sous l’égide de l’Agence nationale de la cohésion des territoires et la MedNum, le réseau d’acteurs de la médiation numérique. Les modèles économiques et de financement, les parcours usages et l’outillage des professionnels, la formation et la politique publique en matière de données devraient être au cœur de ce premier plan d’action.

La feuille de route consacrée à l’"apaisement" de l’espace numérique et à la lutte contre les contenus haineux et illicites devrait, quant à elle, voir le jour à l’été prochain, a précisé Jean-Noël Barrot.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS