Toshiba vend son électroménager au chinois Midea… au grand dam du gouvernement japonais

Après avoir cédé l’éclairage à Konka puis le médical à Canon, Toshiba vend son électroménager au chinois Midea.

Une opération qui fait tomber à l’eau le projet de Tokyo de regrouper l’électroménager japonais.

Partager
Toshiba vend son électroménager au chinois Midea… au grand dam du gouvernement japonais

Ce que le gouvernement japonais craignait est arrivé. L’électroménager de Toshiba, en vente depuis décembre 2015, va filer à l’étranger. Il va être cédé au chinois Midea. Un protocole d’accord a été conclu dans ce sens entre les deux parties. Le montant espéré de la transaction n’est pas dévoilé. Il est estimé à quelques centaines de millions de dollars.

Une activité à problème, jugée non stratégique

Midea, un groupe de 100 000 personnes et 23 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2014, s’engage à maintenir le développement, la fabrication et la commercialisation sous la marque de Toshiba de réfrigérateurs, lave-linges, aspirateurs, fours micro-ondes, climatiseurs et autres appareils domestiques. Une activité qui a représenté un chiffre d’affaires de 225,4 milliards de yens (l’équivalent de 2 milliards de dollars) sur le dernier exercice fiscal clos le 31 mars 2015, en baisse de 11% par rapport à l’exercice précédent.

L’électroménager fait partie des trois activités à problème aux côtés de celles dans les PC et la télévision qui ont précipité Toshiba dans le plus grand scandale financier de l’histoire du Japon (falsification des comptes depuis 2009 pour minimiser les pertes dans ces domaines). Ces activités, regroupées au sein de la division Lifestyle Products & Services, affichent une perte d’exploitation de 109,7 milliards de yens au dernier exercice fiscal clos le 31 mars 2015, près du double de celle enregistrée lors de l’exercice précédent.

Le projet de regroupement avec Sharp et Hitachi tombe à l'eau

La vente de l’électroménager s’inscrit dans la nouvelle stratégie de recentrage du groupe japonais sur les solutions d’énergie et de stockage de données. Elle suit celle de l'éclairage au chinois Konka et du médical au japonais Canon. Elle va se poursuivre avec celle des PC et des semiconducteurs à l’exception des mémoires flash.

Le gouvernement japonais envisageait de regrouper l’électroménager de Toshiba avec celui de Sharp et celui de Hitachi sous la bannière du fonds souverain INCJ. L’objectif était double : conserver ces activités aux Japon et créer un acteur nippon de taille à rivaliser avec l’américain Whirlpool, le suédois Electrolux ou le chinois Haier. Le projet tombe à l’eau puisque Sharp, en situation de quasi faillite financière, a choisi de se vendre au taiwanais Foxconn et non au fonds INCJ, et Toshiba, en mal de liquidité, a décidé de vendre son électroménager au mieux offrant. Coup dur pour le Japon.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS