Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Total voit l'Internet des objets comme "un accélérateur de la relation client"

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Au Sigfox World IoT Expo à Prague, Total a livré quelques détails sur ses premiers projets liés à l'Internet des objets. Une dizaine d'expérimentations ont été lancées début 2017. Total veut utiliser les datas issues des capteurs pour se rapprocher de ses clients.

Total voit l'Internet des objets comme un accélérateur de la relation client
Total voit l'Internet des objets comme "un accélérateur de la relation client" © Myrtille Delamarche - L'Usine Nouvelle

En novembre 2016, l'industriel français Total créait la surprise en participant à la levée de fonds de 150 millions d'euros du réseau bas débit pour l'internet des objets Sigfox. Le grand groupe indiquait vouloir "mieux servir ses clients" grâce à l'IoT.

 

Quelques mois plus tard, les premiers concrets de déploiements de capteurs et d'objets connectés sont dans les tuyaux. Une dizaine d'expérimentations ont été lancées à partir de mars 2017 dans plusieurs pays et entités du groupe, a révélé Gilles Villautreix, responsable digital B2B lors du Sigfox IoT World Expo à Prague. Leur contenu précis reste ultra-secret pour des raisons concurrentielles mais ces tests concernent trois grands domaines : la logistique, la maintenance prédictive et la sécurité. Comme Airbus, Total est particulièrement intéressé par "l'asset tracking", la localisation et le suivi de ses équipemements.

 

Une mutation vers le service

Total veut s'appuyer sur les données issues des capteurs et objets connectés pour changer sa façon de s'adresser à ses clients. "Comme tout le monde, nous devons muter, passer d'une offre orientée produits à une offre orientée services. Dans un monde très industriel comme le nôtre, dès qu'on arrive dans les services – maintenance, logistique, sécurité – l'IoT devient rapidement indispensable. Il permet de manière simple, à des coûts maitrisables, de rassembler des données pour créer des services", détaille Gilles Villautreix. "Le client final veut savoir quand son produit va arriver, quel parcours il va effectuer, quelles sont ses caractéristiques. Rajouter des capteurs pour tracker son produit, extraire des informations devient vital".

 

Total ne voit pas l'IoT comme un nouveau business mais "comme un moyen de sécuriser notre relation avec nos clients, pour mieux les engager sur le long terme. C'est un accélérateur de la relation client, un soutien à nos business", résume Gilles Villautreix.

 

Répliquer les cas d'usage pertinents

Total s'appuie sur Sigfox pour la plupart de ses déploiements IoT. "Avec cette technologie, un cas d'usage dans un pays peut être facilement répliqué ailleurs à des coûts maitrisés", explique le manager de Total. "Or jusque-là, on avait des cas isolés de réussite, des petites pépites, qu'on avait du mal à centraliser et répliquer". Avec un IoT low-cost et simple à mettre en œuvre, Total espère exporter des cas d'usage performants et bonnes pratiques plus facilement dans les 137 pays où il est présent, aussi bien pour ses activités "réseaux" que B2B.


Mais il faut d'abord évangéliser en interne et prouver la pertinence des déploiements IoT. "D'ici 2018, il y aura un retour approfondi d'expérience pour s'inspirer des bonnes pratiques et déployer plus largement ces solutions", annonce Gilles Villautreix.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale